Le Louvre, su­per­star des pla­teaux de ci­né­ma

A lui seul, le musée a ser­vi de dé­cor à près de 10 % des films tour­nés dans la ca­pi­tale. Mais les re­cettes sont te­nues se­crètes.

Le Parisien (Paris) - - Paris - ALEXANDRE ARLOT

sailles (Yve­lines) a ob­te­nu près de 200 000 € pour ac­cueillir les ca­mé­ras du film « Ma­rie-An­toi­nette », de So­fia Cop­po­la sor­ti en 2006. « Les tour­nages en­traînent des re­cettes mais se tra­duisent aus­si par un bé­né­fice d’image », sou­ligne Oli­vierRe­né Veillon, di­rec­teur gé­né­ral de la com­mis­sion du film d’Ile-de­France.

Pour le musée du Louvre, dont le nombre de vi­si­teurs reste im­por­tant (9,2 mil­lions en 2013), la stra­té­gie semble payante. Mais Joëlle Cinq-Fraix es­time que le ci­né­ma profite plus du Louvre que l’in­verse : « Pour un film comme Da Vin­ci

qui a né­ces­si­té dix nuits de tour­nage, le musée a été un élé­ment pu­bli­ci­taire ex­tra­or­di­naire. Il n’ap­pa­raît que quelques mi­nutes à l’écran, mais toute la pro­mo­tion du film a été faite des­sus ! »

(Gaumont Columbia Tristar/si­mon Mein.)

Musée du Louvre (Ier). Pour le film « Da Vin­ci Code », qui a né­ces­si­té dix nuits de tour­nage, le musée a été un élé­ment pu­bli­ci­taire ex­tra­or­di­naire. Mais ce der­nier es­time que ces longs-mé­trages per­mettent d’aug­men­ter en­core sa no­to­rié­té dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.