Tau­bi­ra et les juges mal- ai­més des Fran­çais

Se­lon notre son­dage exclusif BVA, le fonc­tion­ne­ment de la jus­tice est plus dé­crié que ja­mais. Et la per­son­na­li­té de la garde desS­ceaux cris­tal­lise les pas­sions.

Le Parisien (Paris) - - Politique - VA­LÉ­RIE BRIOUX ET HEN­RI VER­NET

Les Fran­çais ont mal à leur jus­tice. Notre son­dage exclusif BVA est im­pla­cable : les trois quarts d’entre eux ( 75 %) es­timent qu’elle fonc­tionne mal, un ni­veau de dé­fiance ja­mais at­teint de­puis 1962 et les pre­mières en­quêtes sur ce thème. Et pour ne rien ar­ran­ger, ils n’aiment pas non plus leur mi­nistre de la Jus­tice, Ch­ris­tiane Tau­bi­ra ( lire ci­contre). Pour­quoi un tel désa­mour ?

Une mi­nistre cli­vante

Plus fort que son sta­tut de garde des Sceaux, il y a l’image d’une femme de convic­tion et cou­ra­geuse, l’au­ra de la mi­nistre qui a por­té avec ar­deur et élo­quence la loi sur le ma­riage gay, « la » ré­forme de so­cié­té em­blé­ma­tique du quin­quen­nat Hollande. Ré­sul­tat, si Ch­ris­tiane Tau­bi­ra est dé­tes­tée à droite ( l’ul­tra­droite s’étant même hon­teu­se­ment dé­chaî­née contre elle il y a quelques mois), elle est en re­vanche ado­rée à gauche : 82 % de bonnes opi­nions chez ses sym­pa­thi­sants.

Face à un Valls à l’image ré­pres­sive, payante aux yeux de Fran­çais qui pré­fèrent tou­jours l’ordre à la jus­tice, elle in­carne une sen­si­bi­li­té plus per­mis­sive, voire laxiste ( à 43 %). Ré­sul­tat, les son­dés lui pré­fèrent le mi­nistre de l’In­té­rieur ( 66 % contre 24 %) et l’es­timent moins bonne que ses pré­dé­ces­seurs de l’ère Sar­ko­zy. Mais l’icône de gauche a va­cillé sur ses va­leurs d’in­dé­pen­dance de la jus­tice, en priant le pro­cu­reur gé­né­ral de Pa­ris de quit­ter ce poste stra­té­gique pour y pla­cer un ma­gis­trat plus proche de « sa sen­si­bi­li­té » .

La jus­tice, une ma­chine in­dé­chif­frable

Du plus ré­cent — le fax dé­fec­tueux de Bo­bi­gny ayant en­traî­né la li­bé­ra­tion d’un meur­trier pré­su­mé — au plus grave — le séisme d’Ou­treau au dé­but des an­nées 2000 —, les ra­tés de l’ins­ti­tu­tion agacent, étonnent ou font peur. Les cri­tiques, ré­cur­rentes, sont lé­gion : lente, in­com­pré­hen­sible, déshu­ma­ni­sée, éli­tiste, com­plai­sante, in­éga­li­taire et ( trop) sou­mise au pou­voir… « Ja­mais les Fran­çais n’ont été aus­si nom­breux à consi­dé­rer que la jus­tice fonc­tionne mal » , sou­ligne Eric Bon­net de BVA. Pour Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, le mes­sage est clair : il y a ur­gence à ré­for­mer et à res­tau­rer la confiance entre jus­tice et jus­ti­ciables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.