« Ob­jet : diable et­pos­ses­sion »

Le Parisien (Paris) - - Ile-De-France - A. B.- H.

Dans sa car­rière, le père d’Izar­ny a fait des mi­racles en éclai­rant des mil­liers d’in­ter­nautes. Mais il y a une ques­tion, ré­cur­rente, et pour la­quelle il n’a ja­mais pu ap­por­ter de ré­ponse : « Bon­jour, je sou­haite avoir un prêtre exor­ciste, écrit une mère de fa­mille sur la boîte mail du père. J’ai per­du mon em­ploi et toutes les op­por­tu­ni­tés de mon ma­ri n’abou­tissent pas. Nous sommes dans l’ur­gence. » Ce type de de­mandes reste sans ré­ponse sa­tis­fai­sante pour l’in­ter­naute. « Nous de­vons pro­cé­der au dis­cer­ne­ment et dis­tin­guer le simple sen­ti­ment de dé­tresse à la vé­ri­table pré­sence d’un dé­mon, ex­plique le père Lu­do­vic. Pour ce­la, les prêtres doivent ren­con­trer la per­sonne qui doit se sou­mettre à plu­sieurs ren­dez- vous. » Ré­cem­ment une jeune fille de 17 ans écri­vait : « J’ai l’im­pres­sion d’avoir le diable dans le corps. Une pe­tite voix me dit de tout lâ­cher ! Ai­dez- moi, je n’en peux plus. » En fait, se­lon le père Lu­do­vic, les vrais en­voû­te­ments sont rares. « Mais si c’est le cas, on les re­di­rige vers un prêtre exor­ciste, car je ne peux pas tout gé­rer sur In­ter­net ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.