AFont- Ro­meu, on­chante « laFour­con­nade »

Le Parisien (Paris) - - Jeux Olympiques D'hiver - FONT- RO­MEU ( PY­RÉ­NÉES- ORIEN­TALES) De notre en­voyé spé­cial VINCENT PIA­LAT

De­puis quelques jours, Font- Ro­meu vibre au rythme de « la Four­con­nade » . L’hymne à la gloire du cham­pion lo­cal, pre­mier Py­ré­néen sa­cré à des JO d’hi­ver, a été im­pro­vi­sé un après- mi­di de vic­toire au cha­let des Ai­relles, au pied des pistes, où plu­sieurs cen­taines de per­sonnes se réunissent pour suivre les épreuves de Mar­tin Four­cade aux Jeux olym­piques. « Ce sont des étu­diants qui l’ont en­ton­né, ra­conte Hen­ri Cla­vel, res­pon­sable du cha­le­tres­tau­rant. Ils chantent Al­lez Mar­tin sur l’air de la Mar­seillaise ! »

Le double cham­pion olym­pique est né et a gran­di là, dans ces Py­ré­nées ca­ta­lanes et ces hauts pla­teaux. Son père, Mar­cel, est le maire de La Lla­gone, un vil­lage voi­sin. Mar­tin, pas­sé par le ly­cée cli­ma­tique et spor­tif de la ville, est tou­jours li­cen­cié au ski club. L’écran géant du cha­let est pris d’as­saut à cha­cune de ses épreuves. « Jeu­di, en plein après- mi­di, quand j’ai vu ces cen­taines de per­sonnes, j’ai été scié » , fait re­mar­quer Pierre De­chonne, le pré­sident du ski club. « A chaque fois, il y a des dra- peaux, des cornes, des trom­pettes, ajoute Hen­ri Cla­vel. Les émo­tions sont là. On est obli­gés de cal­mer les gens. Lun­di, on a eu peur que le plan­cher s’ef­fondre ! »

Quelques cen­taines de mètres plus bas, l’ef­fer­ves­cence est moins vi­sible mais tout aus­si pré­sente. « Les len­de­mains de vic­toire, je vends le double de jour­naux » , fait re­mar­quer le gé­rant de la Mai­son de la presse. « Nous avons de plus en plus de de­mandes pour or­ga­ni­ser des cours ou des séances de biathlon » , note Thi­mo­thé Mar­tin, de l’as­so­cia­tion Ozone3, qui mène des ac­ti­vi­tés spor­tives. nDeux De dis­crètes af­fiches, dis­tri­buées par la mai­rie, ornent la de­van­ture de quelques com­merces. Cer­tains com­mer­çants se sentent tou­te­fois mis à l’écart. « C’est dom­mage d’avoir or­ga­ni­sé les re­trans­mis­sions au ni­veau des pistes et non dans la ville, peste un res­tau­ra­teur. On se sent ex­clus. » « Ce n’était pas fa­cile de trou­ver une salle aus­si grande et cha­leu­reuse, ré­pond An­dré Bègue, l’ad­joint aux sports de Font- Ro­meu. Mais, le soir, on fait la fête dans les bars, et il est temps que les Jeux se ter­minent car la fa­tigue com­mence à se res­sen­tir ! »

Le suc­cès est to­tal. « Au 20 Heures, on a par­lé de Font- Ro­meu, sou­rit Pierre De­chonne. Quoi de mieux comme pu­bli­ci­té ? » La ville joue à plein la carte Four­cade. Une piste de ski de fond porte son nom et un stade de biathlon a été bap­ti­sé Ger­mans- Four­cade. « C’était un gros pa­ri il y a six ans, lors­qu’on s’est bat­tus pour qu’il re­vienne, après un in­ter­mède dans le Dau­phi­né, pour­suit De­chonne. Il a fal­lu mettre un contrat sur la table, mais on était cer­tains qu’il se­rait cham­pion olym­pique. » Une marque — Team Al­ti­tude — a même été créée au­tour de lui et d’autres cham­pions de la ré­gion ( Ca­mille La­court, Ki­lian Jor­net).

Et une im­mense fête se pré­pare pour cé­lé­brer le cham­pion. « Au mois de mai, à la fin de la sai­son, du­rant deux jours, pro­met Pierre De­chonne. Il le mé­rite. »

jours de fête en mai

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.