Le Ra­cin­gn’est pas plus avan­cé

Top14/ Ra­cing- Mé­tro - Bayonne18- 8

Le Parisien (Paris) - - Sports - OLI­VIER FRAN­ÇOIS

Le compte à re­bours s’égrène et le Ra­cing est tou­jours là, sus­pen­du à un fil. Hui­tième à un point du sixième et der­nier qua­li­fié pour la phase fi­nale, le club fran­ci­lien n’est pas dans une po­si­tion déses­pé­rée, mais sé­rieu­se­ment in­con­for­table tout de même. A sept ren­contres de la fin du cham­pion­nat ré­gu­lier, on ne peut pas dire qu’il af­fiche bonne mine sur le ter­rain, même s’il reste de­bout. Hier, au terme d’une pe­tite vic­toire contre Bayonne à Co­lombes ( 18- 8), il au­ra au moins ra­vi l’un de ses sup­por­teurs, le père Georges Van­den­beusch, an­cien otage au Ca­me­roun, qui s’ap­prête à re­trou­ver une pa­roisse à Cour­be­voie. Les autres fi­dèles des Ciel et Blanc de­vront aus­si gar­der la foi sans trop se sou­cier des fai­blesses de leur équipe pour lui voir un grand des­tin. « Il faut qu’on arrive à se mettre un peu plus en dan­ger, sou­ligne le pi­lier Ju­lien Bru­gnaut. On joue un peu trop sim­ple­ment. Main­te­nant que l’on maî­trise les bases, on doit pou­voir se lâ­cher. »

nT­rop de points per­dus

a eu du mal à se mettre à l’abri et n’a pas réus­si à mar­quer le moindre es­sai. « Nous ne sommes pas dans une dy­na­mique où tout nous sou­rit, confirme l’en­traî­neur des trois­quarts, Laurent La­bit. Nous avons lais­sé beau­coup de points en route jus­qu’à main­te­nant. Alors, même si nous sommes de mieux en mieux de­puis quelques se­maines, que nous le sen­tons dans la vie du groupe, notre clas­se­ment fait que nous dis­pu­tons des matchs à éli­mi­na­tion di­recte. Ce qui n’est pas fa­cile pour se li­bé­rer. » Le Ra­cing est- il de taille à s’im­po­ser à Bor­deaux, sa­me­di, sans ses in­ter­na­tio­naux ? « Ça va être très com­pli­qué, pré­vient Bru­gnaut. Les Bor­de­lais pro­duisent beau­coup de jeu et sont très durs à battre chez eux. » Pas fran­che­ment op­ti­miste… La cris­pa­tion des Ra­cing­men se lit dans toutes les phases de jeu. Mal­gré la pré­sence des in­ter­na­tio­naux Di­mi­tri Szarzewski, Maxime Ma­che­naud, puis Jo­na­than Sex­ton et Mike Phillips, le club des Hauts- de- Seine

Stade Yves- du- Ma­noir ( Co­lombes), hier. Mal­gré leur vic­toire, les Ra­cing­men

( en bleu) se trouvent dans une po­si­tion in­con­for­table en vue de la qua­li­fi­ca­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.