Le­sa­touts­del’Hexa­gone…

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - BO­RIS CAS­SEL

As­so­cié au ca­bi­net d’au­dit EY et au­teur du Ba­ro­mètre an­nuel de l’at­trac­ti­vi­té de la France — qui fait ré­fé­rence —, Marc Lher­mitte passe au crible les atouts et les fai­blesses du site de pro­duc­tion France. nUne Se­lon les pa­trons in­ter­ro­gés par EY, le ni­veau de qua­li­fi­ca­tion des em­ployés est — après la qua­li­té de vie — le deuxième plus gros avan­tage de l’éco­no­mie fran­çaise. Ce qui donne des ré­sul­tats, d’ailleurs, en termes de pro­duc­ti­vi­té. En moyenne, un Fran­çais pro­duit 45,40 € par heure tra­vaillée, c’est plus qu’un Al­le­mand ( 42,60) ou un Es­pa­gnol ( 31,50).

L’avis de l’ex­pert. « La per­for­mance du sys­tème édu­ca­tif fran­çais donne à la France le sta­tut de place forte de l’in­no­va­tion. Au- de­là de la qua­li­té de la main- d’oeuvre, en termes d’in­no­va­tion, c’est aus­si le cré­dit d’im­pôt re­cherche qui at­tire les in­ves­tis­seurs étran­gers. Il est fa­cile à com­prendre. Ce­pen­dant, il y a tou­jours des pro­grès à faire, no­tam­ment en ma­tière de for­ma­tion conti­nue. »

nDes

main- d’oeuvre qua­li­fiée

lo­co­mo­tives dans le luxe et l’éner­gie

Qu’il s’agisse de LVMH ( luxe), To­tal ( éner­gie), Car­re­four ( dis­tri­bu­tion) ou Da­none ( agroa­li­men­taire), un grand nombre d’en­tre­prises du CAC 40 brillent au ni­veau mon­dial. Leur ac­ti­vi­té tire des pans en­tiers de l’éco­no­mie fran­çaise vers le haut.

L’avis de l’ex­pert. « Les géants de l’in­dus­trie et des ser­vices fran­çais jouent en pre­mière di­vi­sion mon­diale. Et in­ter­viennent sur­tout dans des sec­teurs d’ave­nir, comme ce­lui de l’éner­gie ( EDF…) ou ce­lui du dé­ve­lop­pe­ment ur­bain ( Veo­lia…). Le seul pro­blème, c’est que nous sommes ab­sents de la tran­si­tion nu­mé­rique. A vrai dire, le pro­blème est par­ta­gé en Eu­rope. Au­cun pays ne compte de géants dans le sec­teur des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion. » nDes Hô­pi­taux, tran­sports, écoles… La qua­li­té des ser­vices pu­blics est sa­luée par les in­ves­tis­seurs in­ter­na­tio­naux. Ain­si, les ré­seaux de tran­sports ( 11 000 km d’au­to­route, 30 000 km de lignes fer­ro­viaires dont le deuxième ré­seau eu­ro­péen de ligne à grande vi­tesse…) per­mettent aux en­tre­prises de trans­por­ter leurs col­la­bo­ra­teurs et leurs mar­chan­dises en des temps re­cords dans s i x p a y s d e l’Union eu­ro­péenne. Autre exemple : l a France est le cin­quième pays de l’OCDE le mieux rac­cor­dé à l’In­ter­net haut dé­bit. « Der­rière le mot- va­lise in­fra­struc­tures, c’est la qua­li­té des ser­vices pu­blics fran­çais qui est re­con­nue par les in­ves­tis­seurs in­ter­na­tio­naux. En ce qui concerne les tran­sports, si le ré­seau na­tio­nal fait par­tie des meilleurs au monde pour les longues dis­tances, les in­ves­tis­seurs iden­ti­fient aus­si les pro­blèmes en Ile- de- France. Rois­sy est un aé­ro­port qui a per­du de l’ef­fi­ca­ci­té. Le ré­seau de la RATP aus­si. Si le Grand Pa­ris ré­sout cette ques­tion, alors le ré­seau fran­çais se­ra com­plet. »

in­fra­struc­tures de qua­li­té

nDes Pa­ris n’est pas la France. Même en ma­tière éco­no­mique. L’exis­tence de centres de re­cherches ( uni­ver­si­tés ou écoles d’in­gé­nieurs) et la qua­li­té de vie ( mé­téo, prix de l’im­mo­bi­lier, dy­na­misme, etc.) of­ferte par cer­taines ag­glo­mé­ra­tions les mettent en bonne place dans la com­pé­ti­tion eu­ro­péenne.

L’avis de l’ex­pert. « En 2013, l’ag­glo­mé­ra­tion lyon­naise a an­non­cé les meilleurs ré­sul­tats de son his­toire en termes d’im­plan­ta­tion d’en­tre­prises étran­gères. A Nantes, Tou­louse ou Gre­noble, il y a des bonnes nou­velles. Les in­ves­tis­seurs y apprécient une forme de so­li­da­ri­té éco­no­mique entre les grands groupes, les PME et le sec­teur pu­blic ( uni­ver­si­tés…). Seule Mar­seille semble un peu en re­tard. »

mé­tro­poles ré­gio­nales

L’avis de l’ex­pert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.