D’En­causse, l’hom­me­del’ombre

Le Parisien (Paris) - - Sports - S. L.

Quand son élève, à son re­tour d’Ukraine, est noyé sous les ca­mé­ras, Phi­lippe d’En­causse file dis­crè­te­ment vers les loueurs de vé­hi­cules. Quelques mi­nutes plus tard, le voi­là san­glant les perches du re­cord­man du monde sur le toit. Le ma­té­riel n’entrant pas dans la soute de l’avion, l’en­traî­neur le rap­por­te­ra en voi­ture à Cler­mont- Ferrand. Avec le sou­rire.

A 46 ans, Phi­lippe d’’ En­causse, an­cien per­chiste, clas­sé 15e aux JO de Barcelone en 1992 ( son re­cord est de 5,75 m), est un chic type. « La re­con­nais­sance, je m’en tape » , in­siste- t- il. Le pire, c’est qu’il est sin­cère ! De­puis quelques an­nées, en toute dis­cré­tion, il s’oc­cu­pait des jeunes per­chistes au centre d’entraînement d’Au­bière. car je suis bien meilleur qu’avant » , lance le cham­pion olym­pique. « Re­naud avait be­soin d’un en­traî­neur dis­po­nible pour lui et qui puisse lui ap­por­ter ce qu’il cher­chait » , souffle Gé­rald Bau­douin, l’en­traî­neur na­tio­nal de la perche.

Ra­pi­de­ment, La­ville­nie confie à son nouvel en­traî­neur ses en­vies de re­cord du monde. Phi­lippe d’En­causse ne ré­vo­lu­tionne pas tout, ap­porte quelques re­touches à la course d’élan, fait bos­ser la vi­tesse afin de mieux la trans­mettre dans la perche au mo­ment de l’im­pul­sion. « C’est un en­traî­neur se­rein. Il me donne les bons conseils au bon mo­ment » , ré­sume le suc­ces­seur de Bub­ka sur les ta­blettes. Les per­for­mances s’en­chaînent, le re­cord du monde de­vient une évi­dence. Phi­lippe d’En­causse reste dans l’ombre. En­core et tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.