« Bais­ser­les­bras­se­rai­tu­ne­réac­tion­de­per­dants »

Après la dés­illu­sion­duPSGàBar­ce­lo­neenLi­gue­des­cham­pions LucA­ba­lo, ai­lier droit in­ter­na­tio­nal­du­club­pa­ri­sien

Le Parisien (Paris) - - Sports - BARCELONE ( ESPAGNE) De notre en­voyé spé­cial STÉ­PHANE BIAN­CHI

Vé­ri­table im­pact player sur le par­quet, Ni­ko­la Karabatic maî­trise aus­si l’art de l’évi­te­ment de­vant les mi­cros. Sa­me­di, à l’is­sue de la dé­cu­lot­tée que « son » Bar­ça a in­fli­gé au PSG lors de la 9e jour­née de Ligue des cham­pions ( 38- 28), le Fran­çais a, entre in­dif­fé­rence et em­bar­ras, bien pris soin de ne pas s’aven­tu­rer sur un ter­rain glis­sant. « Je n’ai rien à pen­ser de cette équipe de Pa­ris, a- t- il ain­si pré­ci­sé à l’évo­ca­tion de la piètre pres­ta­tion de sa vic­time du jour. Je me concentre seule­ment sur le jeu de mon équipe. Je sais qu’on a mon­tré qu’on était plus forts qu’eux. » Le meilleur joueur fran­çais a pour­tant re­con­nu que si le pu­blic bar­ce­lo­nais s’était dé­pla­cé si nom­breux, c’est parce que le PSG a « de grandes am­bi­tions, un gros bud­get ( 13,5 M€), et deux meilleurs joueurs du monde ( Han­sen en 2011 et Nar­cisse en 2012) et presque que des in­ter­na­tio­naux » . Mais il n’a pas évo­qué la dif­fé­rence no­table, celle qui pique et a sau­té aux yeux de tous sa­me­di, entre son équipe et son ad­ver­saire : l’une, le Bar­ça est une équipe, l’autre, le PSG, une simple somme d’in­di­vi­dua­li­tés. « On doit prendre exemple sur le Bar­ça si on veut un jour de­ve­nir grand, a d’ailleurs concé­dé l’ai­lier Luc Aba­lo. Ça fait un mo­ment qu’on fait de mau­vaises pres­ta­tions. Et il va peut- être fal­loir qu’on com­prenne que le hand est un sport col­lec­tif et que, pour y ar­ri­ver, il faut qu’on bosse tous en­semble, joueurs et coachs ! »

« Sur le pa­pier, on a une équipe pour le Fi­nal Four de Ligue des cham­pions, a ain­si concé­dé l’ar­rière Antonio Gar­cia. Mais dans les faits, on est très loin d’être au ni­veau pour y ar­ri­ver. Pour­tant, ce n’est pas un pro­blème d’ego. Il y a certes de grosses per­son­na­li­tés, mais dans le ves­tiaire, tout va bien, il n’y a que des bons gars. Je ne sais pas ce qui se passe. » Comme tous ses par­te­naires, Gar­cia était pour­tant ve­nu au Pa­lau Blau­gra­na dans l’es­poir de frap­per un grand coup face à des Catalans au­teurs de leur 36e suc­cès en 37 matchs cette sai­son ( 1 nul à Skopje). « C’était le meilleur en­droit pour prendre le bon vi­rage, souf­flet- il. Mais là, c’est en­core pire… »

ré­ac­tion d’or­gueil face à Tou­louse ?

nUne Le PSG s’en re­lè­ve­ra- t- il ? « Bais­ser les bras se­rait une ré­ac­tion de per­dants, coupe im­mé­dia­te­ment Aba­lo. Si on com­mence à se dé­cou­ra­ger, on n’y ar­ri­ve­ra pas ! » Une chose est sûre, le sus­pense sur la ca­pa­ci­té de ré­ac­tion du PSG se­ra le­vé cette se­maine. Mer­cre­di, face à Tou­louse, on sau­ra si cet as­sem­blage de stars, qui n’a réus­si à battre que deux re­lé­gables ( Trem­blay et Ivry) sur ces cinq der­niers matchs de cham­pion­nat, a suf­fi­sam­ment d’or­gueil pour se re­mettre en ordre de marche. Et sur­tout si l’en­vie de se com­por­ter en équipe digne de ce nom ne l’au­ra pas aban­don­né au mo­ment de de­voir ba­tailler pour conser­ver sa deuxième place du groupe C en Ligue des cham­pions, trois jours plus tard à Car­pen­tier face au Var­dar Skopje.

DI­VI­SION 1 fé­mi­nine. Is­sy- Pa­ris s’est im­po­sé à do­mi­cile ( 37- 27) de­vant Be­san­çon hier, lors de la 13e jour­née du cham­pion­nat.

Las­source ( 1 but), Of­te­dal ( 5), Brie­mant ( 3), Gar­do­ni ( 2), Ngouan ( 1), Mor­dal ( 6), Goud­jo ( 1), Spin­cer ( 5), Wibe ( 4), Ca­ma­ra ( 2), Si­gna­té ( 4), Kpo­zé ( 3). Re­trou­vez tous les ré­sul­tats et clas­se­ments en page 26.

( Maxppp/ Eric Ba­lé­dent.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.