L’es­cla­vage, der­nier­ta­bou du­ci­né­ma­fran­çais

His­toire. Le­film « 12Year­saS­lave » , qui s’in­té­res­seàl’es­cla­vage, est un­suc­cès en­salles. Pour­tant, ce­su­je­tes­toc­cul­té­par le 7e art fran­çais.

Le Parisien (Paris) - - Espectacles - THIER­RY DAGUE

Aquand un « 12 Years a Slave » fran­çais ? Dé­cri­vant crû­ment la réa­li­té de l’es­cla­vage dans les plan­ta­tions amé­ri­caines du XIXe siècle, ce film, réa­li­sé par le Bri­tan­nique Steve McQueen ( et sa­cré meilleur film, aux Baf­tas, voir ci- contre), a bou­le­ver­sé plus d’un mil­lion de spec­ta­teurs en trois se­maines de ce cô­té- ci de l’At­lan­tique. Un suc­cès qui jette une lu­mière froide sur l’im­passe qua­si to­tale du ci­né­ma fran­çais sur le su­jet. Aux Etats- Unis, Spiel­berg, avec « Amistad » , ou Ta­ran­ti­no, avec « Djan­go Un­chai­ned » , ont por­té à l’écran l’his­toire des Noirs amé­ri­cains. Celle des vic­times de la co­lo­ni­sa­tion fran­çaise cherche en­core son grand réa­li­sa­teur. nUne Pour Louis- Georges Tin, pré­sident du Cran ( Con­seil re­pré­sen­ta­tif des as­so­cia­tions noires), « la France a oc­cul­té sa mé­moire co­lo­niale, au ci­né­ma comme dans les ma­nuels sco­laires » . Il a fal­lu at­tendre 2001 pour que la traite né­grière soit re­con­nue comme crime contre l’hu­ma­ni­té, 2006 pour ins­tau­rer une j our­née com­mé­mo­ra­tive ( l e 10 mai), et 2012 pour qu’un mé­mo­rial soit édi­fié à Nantes, le plus gros port fran­çais dé­dié au com­merce des es­claves jus­qu’en 1830 ( lire en­ca­dré). « La Ré­pu­blique a long­temps pré­fé­ré tour­ner la page, confirme Fré­dé­ric La­zorthes, an­cien se­cré­taire gé­né­ral du Co­mi­té pour la mé­moire de l’es­cla­vage. Ce­la reste un su­jet sen­sible. » nDes Les rares à s’y être ris­qué en gardent un sou­ve­nir amer. Seule grosse pro-

his­toire ou­bliée

pro­duc­teurs échau­dés

duc­tion fran­çaise évo­quant le su­jet, « Case Dé­part » ( dif­fu­sé de­main à 20 h 45 sur NT 1) a fait le plein en salles ( 1,8 mil­lion de spec­ta­teurs en 2011), mais a sus­ci­té la po­lé­mique par son trai­te­ment co­mique.

Fa­brice Eboué et Tho­mas Ngi­jol y re­mon­taient le temps pour se re­trou­ver en 1780 dans une plan­ta­tion an­tillaise. « S’il y avait dé­jà eu trente films sur l’es­cla­vage, ça ne me gê­ne­rait pas, ex­plique Louis- Georges Tin. Mais là, c’est comme si le pre­mier film sur l’Ho­lo­causte était Pa­pa Schultz ! »

Même ac­cueil mi­ti­gé pour le té­lé­film « Tous­saint Lou­ver­ture » , consa­cré par France 2 en 2012 au leader de la ré­vo­lu­tion haï­tienne et fus­ti­gé pour ses er­reurs historiques… Seule fic­tion sur la traite des Noirs à avoir fait l’una­ni­mi­té, « Tro­piques amers » , mini- sé­rie sui­vie par 4 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs en 2007 sur France 3. Mais la chaîne d u a r e f u s é d e f i n a n c e r la suite.

nDes

dé­ci­deurs fri­leux et… blancs

« Com­bien de Noirs dans les chaînes et les so­cié­tés de pro­duc­tion ? » in­ter­roge un pro­duc­teur qui ne veut pas être nom­mé, mais dé­nonce un « vé­ri­table scan­dale » . Pour Fré­dé­ric La­zorthes, le blo­cage vient éga­le­ment des dif­fu­seurs, pour qui « les films historiques ne sont plus du tout à la mode. »

Et sont sur­tout trop chers, à l’heure où les bud­gets de pro­duc­tion ré­tré­cissent. Les ci­néastes an­tillais, comme Ch­ris­tian La­ra ou Euz­han Pal­cy, sont les pre­miers à se heur­ter à un mur fi­nan­cier dès qu’ils es­saient de mon­ter un film sur la traite. nUn « Les jeunes d’outre- mer ou is­sus de l’im­mi­gra­tion afri­caine ont be­soin qu’on leur parle de leur his­toire, mi­lite Eli­sa­beth Ar­nac, la pro­duc­trice de Tro­piques amers. C’est ce si­lence qui ouvre un bou­le­vard aux dis­cours de Dieu­don­né. »

Pour Louis- Georges Tin, « il faut sor­tir de ce ci­né­ma bour­geois qui se passe dans trois ar­ron­dis­se­ments de Pa­ris, et s’in­té­res­ser aux mi­no­ri­tés dont on ne parle ja­mais » . Le Cran ba­taille avec France Té­lé­vi­sions pour que le ser­vice pu­blic ini­tie des pro­jets sur ce qui reste le der­nier ta­bou du ci­né­ma fran­çais.

si­lence dan­ge­reux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.