Un­po­lar­de­la­plus­bel­leeau

France2,20 h 45. Nou­velle sé­rie po­li­cière bri­tan­nique, « Broad­church » dévoile les secrets d’une ville cô­tière se­couée­par le meurtre d’un en­fant.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Etmédias - STÉ­PHA­NIE GUERRIN

Un plan fixe de quelques se­condes sur la mer, de nuit. C’est ain­si que dé­marre « Broad­church » , ma­gni­fique sé­rie po­li­cière dif­fu­sée sur France 2 dès ce soir ( 20 h 45). L’eau, élé­ment dra­ma­tique, semble in­con­tour­nable dans les po­lars té­lé­vi­suels ré­cents. Le « Tun­nel » de Ca­nal + se dé­rou­lait des deux cô­tés de la Manche, « The Killing » , ver­sions da­noise et amé­ri­caine, prend place dans des villes cô­tières où la pluie est om­ni­pré­sente. « Top of the Lake » , dé­cou­verte il y a peu sur Arte, tour­nait au­tour d’un lac sombre. Même « True De­tec­tive » , qui dé­chaîne les pas­sions ac­tuel­le­ment aux Etats- Unis, est une sé­rie hu­mide puis­qu’elle se dé­roule dans la chaude Loui­siane, où les pro- ta­go­nistes brillent de sueur. Au­tant de fic­tions qui prennent le temps de dé­ve­lop­per des in­trigues au long cours.

Très loin de « Castle » , dont elle prend la suc­ces­sion le lun­di soir, la bri­tan­nique « Broad­church » se concentre sur une seule en­quête, qui oc­cu­pe­ra les dé­tec­tives au fil des huit épi­sodes de cette pre­mière sai- son. L’ob­jet en est la mort de Da­niel La­ti­mer, gar­çon de 11 ans re­trou­vé sans vie sur la plage, au pied d’une fa­laise. Un à- pic im­mense qui op­presse quand on l’ob­serve d’en bas, qui donne le ver­tige quand on par­court ses bords. D’ailleurs, la sé­rie n’hé­site pas à pro­vo­quer des hautle- coeur en en­traî­nant le té­lé­spec­ta­teur dans ses méandres hou­leux où chaque per­son­nage ré­vèle peu à peu ses secrets. Un va- et- vient constant de fausses pistes qui tiennent en ha­leine jus­qu’au dé­noue­ment fi­nal.

Car dans la pe­tite ville de Broad­church, la mort de Da­niel est un bou­le­ver­se­ment dont per­sonne ne sor­ti­ra in­demne. Pas même le dé­tec­tive Alec Har­dy, fraî­che­ment dé­bar­qué et donc étran­ger à la com­mu­nau­té des ha­bi­tants. Son in­ter­prète, Da­vid Ten­nant, est poi­gnant. Ce­lui qui a mar­qué à ja­mais de son em­preinte la sé­rie « Doc­tor Who » , après y avoir in­car­né le rôle prin­ci­pal pen­dant trois sai­sons, s’em­pare du re­gistre dra­ma­tique avec maes­tria.

nUne

réa­li­sa­tion et une BO par­fai­te­ment maî­tri­sées

Har­dy, homme rin­cé par un pas­sé sombre, à l’al­lure dé­la­vée, se plonge à corps per­du dans ce nou­veau dé­fi, avec la dé­ter­mi­na­tion de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Il fait équipe avec El­lie Miller, femme flic jo­viale et sub­mer­gée par la dif­fi­cul­té de la tâche qui les at­tend. Dans ce rôle, l’ac­trice Oli­via Col­man fait preuve d’une sen­si­bi­li­té sur­pre­nante et n’a rien à en­vier à son par­te­naire. On se laisse alors en­traî­ner dans leur sillage, ber­cé d’émo­tions ren­for­cées par une réa­li­sa­tion et une bande ori­gi­nale par­fai­te­ment maî­tri­sées.

L’en­semble est une telle réus­site que les Amé­ri­cains ont dé­ci­dé d’en faire un re­make, in­ti­tu­lé « Gra­ce­point » . Da­vid Ten­nant re­pren­dra le rôle phare dans cette pro­duc­tion de la chaîne Fox. De quoi pro­vo­quer de nou­veaux re­mous émo­tion­nels, puis­qu’un des cadres de la chaîne a pro­mis une fin dif­fé­rente de la sé­rie ori­gi­nale, qui, elle, connaî­tra une deuxième sai­son. D’ici là, ce soir, je­tez- vous à l’eau.

( ITV.)

En huit épi­sodes cap­ti­vants, El­lie Miller et Alec Har­dy vont de­voir ré­soudre la mort d’un gar­çon de 11 ans re­trou­vé sans vie sur la plage, au pied d’une fa­laise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.