La­ma­fia­vient­del’Est

Ca­nal +, 20 h 55. Nou­veaux­mé­chantsde la sé­rie « Bra­quo » , les ma­fieux rus­so­pho­nes­desVo­ryVZa­kone sont une confré­rie cri­mi­nelle qui existe vrai­ment.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Etmédias - CA. D

Un flic ri­pou de­ve­nu fou, une guerre de suc­ces­sion entre ma­fieux ve­nus de l’Est, des ques­tions exis­ten­tielles par­mi les po­li­ciers hé­ros plus sombres que ja­mais… La sai­son 3 de « Bra­quo » ( Ca­nal + à 20 h55) pousse la dra­ma­tur­gie à l’ex­trême, tout en s’ins­pi­rant d’une cer­taine réa­li­té. Ain­si les mé­chants de la fic­tion, les Vo­ry V Za­kone, « voleurs dans la loi » , existent vrai­ment. « Cette confré­rie consti­tue l’aris­to­cra­tie du crime or­ga­ni­sé rus­so­phone, is­sue des gou­lags des an­nées 1920, ex­plique Jé­rôme Pier­rat, jour­na­liste spé­cia­liste des gang­sters et consul­tant sur la sé­rie de la chaîne cryp­tée. Ils forment des groupes très hié­rar­chi­sés, dis­crets et qui sont cen­sés res­pec­ter un code d’hon­neur. »

Fa­mi­liers du mi­lieu car­cé­ral, les membres sont ori­gi­naires de l’exURSS, mais 30 % d’entre eux se­raient des Géor­giens. Leur signe dis­tinc­tif ? « Leurs ta­touages, qui re­pré­sentent une sorte de carte d’iden­ti­té, avec ce qu’ils ont fait, et leur place dans l’orde la com­mu­nau­té russe à Pa­ris. ga­ni­sa­tion » , pour­suit le re­por­ter. Nous avons éga­le­ment fait pas­ser Cette élite cri­mi­nelle s’est spé­cia­li­sée des es­sais en Géor­gie et en Rus­sie. » dans les cam­brio­lages en sé­rie. « Ils Au fi­nal, la pro­duc­tion a re­cru­té peuvent en faire 200 à 300, et agi­sun acteur tchèque ins­tal­lé à Rome sent par l’in­ter­mé­diaire d’équipes re( Ivan Fra­nek, qui in­ter­prète le com­cru­tées par­mi les de­man­deurs d’asi­mis­saire géor­gien), et un Fran­çais le. Ils dé­robent prin­ci­pa­le­ment de d’ori­gine ar­mé­nienne ( Ar­sène Jil’or, puis ré­in­ves­royan). Pour in­car­tissent en mon­ner Le­va­ni Jor­da­tant des bu­si­ness, nia, le dau­phin dé­avance Jé­rôme si­gné of­fi­ciel­lePier­rat. Les Vo­ry ment pour ré­gner s ont de­ve­nus sur les Vo­ry V Zal’une des prin­ci­paJé­rôme Pier­rat, jour­na­liste kone, « nous voules me­naces cri­mis­pé­cia­liste des gang­sters lions quel­qu’un de nelles en Eu­rope de l’Ouest. En Fran­très cha­ris­ma­tique » , ra­conte Claude ce, ils sont ar­ri­vés dès 2005. Il est très Chel­li. Co­mé­dien d’ori­gine ukrai­dif­fi­cile de lut­ter contre cette confré­nienne, ins­tal­lé en Is­raël puis à Los rie, qui re­couvre plu­sieurs na­tio­na­liAn­geles, où il a tour­né avec Ste­ven tés, plu­sieurs groupes. » Spiel­berg ( « la Liste de Schind­ler » ,

Dans « Bra­quo » , « le chal­lenge « Tintin » ) et Ro­bert De Ni­ro ( « Raié­tait de trou­ver des co­mé­diens qui sons d’Etat » ) , Mark Iva­nir a fait parlent à la fois russe et fran­çais, se l’una­ni­mi­té. Comme d’autres, il a sou­vient Claude Chel­li, le pro­duc­tra­vaillé son fran­çais et son russe teur ( Ca­pa Dra­ma). Nous avons che­ra­vec un coach jus­qu’à ac­qué­rir le ché plu­sieurs mois, d’abord au sein bon ac­cent.

Il est très dif­fi­cile de lut­ter contre cette confré­rie”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.