Arte, 20 h 50Coup­de­coeur 14- 18vu­parKu­brick

« L

Le Parisien (Paris) - - Télévision Etmédias - Y. J.

es Sen­tiers de la gloire » a été in­ter­dit en France pen­dant dix- huit ans, entre sa sor­tie amé­ri­caine en 1957, et son ar­ri­vée sur les écrans fran­çais en 1975. Il s’agit pour­tant d’un grand film hol­ly­woo­dien de Stan­ley Ku­brick, avec Kirk Dou­glas. En pleine an­née com­mé­mo­ra­tive, Arte rap­pelle jus­te­ment que, si la France a en­core du mal à di­gé­rer la pé­riode de l’Oc­cu­pa­tion, la Pre­mière Guerre mon­diale re­cèle aus­si sa part de ter­reur non im­pu­table à l’en­ne­mi : l’ar­mée fran­çaise est al­lée jus­qu’à fu­siller ses propres sol­dats afin d’obli­ger les troupes à sor­tir des tran­chées pour ga­gner quelques mètres au prix de pertes abys­sales. Le scé­na­rio du film est donc ti­ré d’élé­ments réels. En 1916, dans les tran­chées, le gé­né­ral Brou­lard in­cite le gé­né­ral Mi­reau à lan­cer une of­fen­sive vouée à l’échec contre une po­si­tion al­le­mande hors d’at­teinte. Le gra­dé ac­cepte dans l’es­poir d’une pro­mo­tion ra­pide. L’opé­ra­tion tourne au mas­sacre. Le gé­né­ral ac­cuse les sol­dats de lâ­che­té et ré­clame des exé­cu­tions pour l’exemple.

Kirk Dou­glas, dans le rôle du co­lo­nel char­gé de l’at­taque, prend la dé­fense de ses sol­dats. « Les Sen­tiers de la gloire » n’a ce­pen­dant rien d’un film an­ti­mi­li­ta­riste. Ku­brick, qui a aus­si ex­plo­ré la guerre du Viêt Nam, dé­nonce plu­tôt la fo­lie de toute une gé­né­ra­tion ab­sur­de­ment trans­for­mée en chair à ca­non, et vic­time d’aber­ra­tions stra­té­giques de sa hié­rar­chie mi­li­taire tout comme de ses am­bi­tions dé­ri­soires. Le long- mé­trage, éga­le­ment in­ter­dit en Suisse, ne fut même pas sou­mis à la com­mis­sion de cen­sure en France, obli­geant les ci­né­philes à al­ler le voir en Bel­gique.

Sur le front, près de 2 000 sol­dats ont été fu­sillés pour l’exemple par l’ar­mée fran­çaise, au mo­tif de « lâ­che­té de­vant l’en­ne­mi » .

( MGM.)

Dans « les Sen­tiers de la gloire » , Kirk Dou­glas in­ter­prète le co­lo­nel Dax et Adolphe Men­jou, le gé­né­ral Brou­lard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.