Au PS, des as­tuces contre l’abs­ten­tion

Le Parisien (Paris) - - Politique - RO­SA­LIE LU­CAS ET PHI­LIPPE MARTINAT

Les can­di­dats so­cia­listes aux mu­ni­ci­pales sont una­nimes : « Notre pire en­ne­mie, c’est l’abs­ten­tion ! » Alors qu’hier Jean- Marc Ay­rault et Ma­nuel Valls ont lan­cé une cam­pagne na­tio­nale d’in­ci­ta­tion au vote, sur le ter­rain, le PS cherche par tous les moyens à convaincre ses sym­pa­thi­sants de se dé­pla­cer le jour du scru­tin pour évi­ter la dé­route pro­mise par la droite. Le porte- à- porte… sé­cu­ri­sé Il n’y a ja­mais eu au­tant de monde dans les cages d’es­ca­lier… Le por­teà- porte reste l’ou­til in­con­tour­nable. « C’est in­grat mais très ef­fi­cace. On n’a rien trou­vé de mieux » , confie le dé­pu­té PRG Thier­ry Braillard, can­di­dat sur la liste PS du VIIe à Lyon. « Nous lais­sions des ac­croche- portes pour in­di­quer notre pas­sage, mais on nous a fait re­mar­quer que ce­la pou­vait si­gna­ler des ab­sences, ra­conte Braillard. Pour ne pas ser­vir d’in­dic aux cam­brio­leurs, on laisse dé­sor­mais nos do­cu­ments dans les boîtes aux lettres. »

Même pru­dence à Pa­ris. L’équipe d’Anne Hi­dal­go pri­vi­lé­gie évi­dem­ment les soi­rées « entre 18 et 20 heures » pour frap­per aux portes. « Quand il pleut, on passe aus­si le sa­me­di » , sou­ligne An­nick Lepe­tit, can­di­date dans le XVIIe. Tous dans la rue ! A Mon­treuil ( Seine- Saint- De­nis), Raz­zy Ham­ma­di bat­tra no­tam­ment le rap­pel les 8 et 9 mars, quinze jours avant le pre­mier tour, en passant dans chaque quar­tier de la ville à bord d’une ca­mion­nette mu­nie d’une so­no­ri­sa­tion. « Je fe­rai des stand- up à chaque ar­rêt » , ex­plique le dé­pu­té so­cia­liste qui rêve de ra­vir la ville aux éco­lo­gistes.

Pour Jean- Ch­ris­tophe Boyer, maire PS sor­tant de La­val ( Mayenne), il ne faut pas at­tendre que « les gens viennent aux réunions pu­bliques ou à la per­ma­nence » . « Il faut al­ler les cher­cher. » « Nous pré­pa­rons des sur­prises pour la suite de la cam­pagne » , confie Boyer. Il va no­tam­ment faire des « goû­ters ci­toyens » . Mu­ni d’un ther­mos de ca­fé, le can­di­dat ira dans des lieux de pas­sage pour dis­cu­ter au­tour d’une brioche. Tex­tos à go­go « 40 % du temps de la cam­pagne est consa­cré au travail de mo­bi­li­sa­tion » , note Fran­çois Kal­fon. Le so­cia­liste qui dé­fie le maire UMP sor- tant à Me­lun ( Seine- et- Marne) re­con­naît que cer­tains élec­teurs ne « cachent pas leur dé­cep­tion vis- àvis du gou­ver­ne­ment » . « Mais quand on re­dis­cute du lo­cal, ce­la va mieux » , pour­suit- il. Lors des por­teà- porte ou des réunions de quar­tier, son équipe recueille les nu­mé­ros de por­table. « On leur écrit en­suite ré­gu­liè­re­ment des tex­tos et jus­qu’au sa­me­di mi­di, avant le pre­mier tour, on en en­ver­ra pour rap­pe­ler qu’il faut al­ler vo­ter » , ra­conte Kal­fon.

Fa­ce­book, et même une BD

Il y a quinze jours, Sé­bas­tien Pie­tra­san­ta, maire sor­tant PS d’As­nières ( Hauts- de- Seine), dé­jà très ac­tif sur les ré­seaux so­ciaux, a fait dis­tri­buer dans les boîtes aux lettres une bande des­si­née de douze pages pour « ra­con­ter l’his­toire de la ville et les en­jeux » . « Le cli­mat n’étant pas idéal, confie le dé­pu­té, on met les bou­chées doubles. »

Afin d’in­ci­ter ses ad­mi­nis­trés à s’in­té­res­ser à la po­li­tique de sa ville, le maire sor­tant d’As­nières, Sé­bas­tien Pie­tra­san­ta, a dis­tri­bué une BD dans la­quelle il dé­fend son bi­lan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.