Un­sous- trai­tant d’Ea­syJet rap­pe­léàl’ordre

L’

Le Parisien (Paris) - - Economie - C. S.

en­tre­prise ita­lienne Nayak, char­gée de la main­te­nance des avions Ea­syJet en es­cale à Rois­sy, Or­ly, Lyon, Tou­louse, Mar­seille, Nice, est som­mée de ne pas faire tra­vailler ses sa­la­riés au­de­là de ce que pré­voit la loi. En l ’ oc­cur­rence, pas plus de dix heures par jour, qua­rante heures par se­maine pour ceux qui tra­vaillent de nuit, et pas plus de six jours d’af­fi­lée sous peine d’une as­treinte de 500 € par in­frac­tion consta­tée. Le tri­bu­nal de grande ins­tance de Bo­bi­gny a été sai­si en ur­gence par la CFDT- Aé­riens, qui s’était pro­cu­ré des plan­nings at­tes­tant que cer­tains sa­la­riés avaient des am­pli­tudes de douze heures et jus­qu’à sept jours d’af­fi­lée.

A l’au­dience en ré­fé­ré, le 30 jan­vier, l’en­tre­prise avait pro­duit un ta­bleau avec des ho­raires mo­di­fiés à la baisse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.