Mé­ri­bel­dé­doua­née­dansl’ac­ci­dent­deS­chu­ma­cher

Le Parisien (Paris) - - Faitsdivers - JEAN- MARC DUCOS

C’est une dé­ci­sion conve­nue ou presque. Le pro­cu­reur d’Al­bert­ville, Pa­trick Quin­cy, a an­non­cé hier par com­mu­ni­qué le clas­se­ment sans suite de l’en­quête ou­verte après l’ac­ci­dent de ski de Mi­chael Schu­ma­cher, 46 ans, sur­ve­nu le 29 dé­cembre à Mé­ri­bel ( Sa­voie). Les in­ves­ti­ga­tions, ex­cep­tion­nel­le­ment me­nées par la gen­dar­me­rie de Cham­bé­ry pour « re­cherche des causes et cir­cons­tances de l’ac­ci­dent » , ont per­mis d’ex­clure la res­pon­sa­bi­li­té pé­nale d’un tiers.

« Au­cune in­frac­tion n’a été re­le­vée à l’égard de qui­conque. L’ac­ci­dent s’est pro­duit en zone hors piste » , a sou­li­gné le ma­gis­trat. Il re­lève donc d’un choix dé­li­bé­ré de l’ex- cham­pion al­le­mand de For­mule 1 de fran­chir les ba­li­sages po­sés de part et d’autre de l’amon­cel­le­ment ro­cheux où il a chu­té. « La si­gna­li­sa­tion, le ba­li­sage et le ja­lon­ne­ment de l’in­for­ma­tion don­née sur les li­mites de cette piste sont conformes aux normes en vi­gueur en France » , a en­core sou­li­gné le par­quet, dé­doua­nant la sta­tion de Mé­ri­bel, qui s’est donc mon­trée suf­fi­sam­ment di­li­gente sur l’in­ter­dic­tion d’ac­cès à cette zone ro­cheuse, sous la dent du Ber­gin. nPos­sibles L’ana­lyse des images de la ca­mé­ra vi­déo em­bar­quée que por­tait Schu­ma­cher ont ré­vé­lé qu’il avait fran­chi en toute connais­sance de cause le ba­li­sage entre les pistes de la Biche et celle du Mau­duit. Il a mar­qué un temps d’ar­rêt avant de plon­ger dans cette zone ro­cheuse en go­dillant à une al­lure nor­male. Le ma­té­riel, skis et chaus­sures, des équi­pe­ments neufs et de der­nière gé­né­ra­tion, ont eux aus­si été mis hors de cause. Le

pour­suites au ci­vil

casque, fis­su­ré dans l’ac­ci­dent, ré­pon­dait éga­le­ment aux normes.

Si les pour­suites au pé­nal semblent ex­clues, rien n’em­pêche dé­sor­mais la fa­mille du cham­pion ou ses as­su­reurs d’en­ta­mer des pour­suites au ci­vil pour re­ven­di­quer une faute pré­su­mée de la sta­tion de ski, au re­gard des en­jeux fi­nan­ciers. Mal­gré sa re­traite des cir­cuits, Schu­ma­cher, homme d’af­faires avi­sé, res­tait sous contrat avec Mer­cedes, no­tam­ment.

La sta­tion de Mé­ri­bel n’a pas sou­hai­té com­men­ter le clas­se­ment de l’en­quête, « par res­pect pour la fa­mille » de Mi­chael Schu­ma­cher, « ré­sident de la com­mune » . Tou­jours hos­pi­ta­li­sé au CHU de Gre­noble, il se trouve tou­jours dans une phase de ré­veil et ses proches veulent croire « très for­te­ment à sa gué­ri­son » , mal­gré plu­sieurs ru­meurs alar­mistes.

De­puis son ac­ci­dent le 29 dé­cembre, Mi­chael Schu­ma­cher est tou­jours hos­pi­ta­li­sé au CHU de Gre­noble.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.