« Une énorme res­pon­sa­bi­li­té » Dis­pu­ter le Mon­dial chez moi se­rait la ce­rise sur le gâ­teau”

Max­well, ar­rière la­té­ral gauche pa­ri­sien

Le Parisien (Paris) - - Sports/ Liguedeschampions - Pro­pos re­cueillis par SYL­VIE DE MACEDO

Lorsque je rentre sur le ter­rain et que j’en­tends la pe­tite mu­sique, ça me re­mue tou­jours

au­tant” Zlatan a gar­dé in­tacte sa soif de vic­toires”

Vain­queur du tro­phée su­prême avec Barcelone ( 2011), le Bré­si­lien, pas­sé éga­le­ment par l’Ajax Am­ster­dam et l’In­ter Mi­lan, est rom­pu aux joutes eu­ro­péennes. Cette sai­son, avec le PSG, il dis­pute sa on­zième cam­pagne de Ligue des cham­pions. Ren­con­tré il y a dix jours à l’oc­ca­sion d’une opé­ra­tion chez son équi­pe­men­tier, Nike, le la­té­ral gauche de 32 ans évoque les am­bi­tions du club, son rôle et son ave­nir à Pa­ris. Comment abor­dez- vous ce 8e de fi­nale contre une équipe plu­tôt mé­con­nue ? MAX­WELL. Le­ver­ku­sen n’at­tire peut- être pas beau­coup les gens et est peu connue du grand pu­blic. Mais nous, lors­qu’on dis­pute un match d’une telle im­por­tance, on étu­die l’ad­ver­saire dans ses moindres dé­tails, que ce soit Le­ver­ku­sen ou un club de plus grand re­nom. Nous de­vons nous qualifier. L’obli­ga­tion de ré­sul­tat est- elle plus forte ? Lors­qu’on évo­lue dans un grand club comme le PSG, notre res­pon­sa­bi­li­té en tant que joueur est tou­jours énorme. La pres­sion aus­si. Pa­ris a des pro­jets am­bi­tieux. A nous de sa­voir faire face à cette exi­gence, quel que ce soit l’ad­ver­saire. Quel ob­jec­tif s’est fixé le PSG en Ligue des cham­pions ? Le quart de fi­nale de la sai­son der­nière ( NDLR : contre Barcelone) nous a lais­sé un goût d’in­ache­vé. Ce se­rait une belle vic­toire que de faire aus­si bien, voire mieux. C’est la on­zième sai­son que vous dis­pu­tez la Ligue des cham­pions. Ces matchs ont- ils tou­jours au­tant d’at­trait à vos yeux ? Dé­jà ? ( Sou­rire.) J’ai tou­jours la même pas­sion, la même am­bi­tion. Lorsque je rentre sur le ter­rain et que j’en­tends la pe­tite mu­sique, ça me re­mue tou­jours au­tant. Au­jourd’hui, je suis heu­reux de faire par­tie d’un groupe com­pé­ti­tif dans cette épreuve. J’es­père en­tendre cette mu­sique plu­sieurs fois cette sai­son. Vous êtes ar­ri­vés à Pa­ris en jan­vier 2012, comme Thia­go Mot­ta et Alex. Le pre­mier né­go­cie pour pro­lon­ger son contrat, le se­cond a fait sa­voir qu’il vou­lait res­ter. Et vous ? Nous sommes ar­ri­vés au mo­ment où le club vi­vait de grands chan­ge­ments. Etre pré­sent au dé­but d’un pro­jet aus­si am­bi­tieux, voir évo­luer ce club, ce­la nous donne en­vie de conti­nuer l’aven­ture. J’ai un contrat jus­qu’en 2015. J’es­père al­ler au bout. Le club connaît mes in­ten­tions. Après ? J’au­rai 34 ans. Je laisse ça entre les mains de Dieu. Avez- vous l’im­pres­sion d’être plus fort au­jourd’hui à Pa­ris que vous ne l’étiez à Barcelone ? J’ai vé­cu de très bons mo­ments à l’In­ter et à Barcelone. Mais, à Pa­ris, parce que j’ai ga­gné en ex­pé­rience, que j’ai mû­ri et que je joue da­van­tage, je suis plus ré­gu­lier et j’ai plus confiance en moi. En tant que meilleur ami d’Ibra­hi­mo­vic, on vous ques­tionne souvent à son su­jet. Est- ce que ce­la vous pèse ? ( Rires.) Non, c’est nor­mal. C’est un joueur qui sus­cite l’at­ten­tion des gens et des mé­dias. Etre cité comme son ami, c’est un plai­sir pour moi. Notre ami­tié n’a pas à être ca­chée. Au contraire, je suis très heu­reux qu’on ait pu jouer en­semble toutes ces an­nées ( NDLR : à l’Ajax, à l’In­ter, à Barcelone et à Pa­ris). C’est rare dans le football. Après plus de dix ans d’ami­tié, vous sur­prend- il en­core ? Oh que oui ! Je l’ai connu à ses 19 ans. Et, au­jourd’hui, il a gar­dé in­tacte sa soif de vic­toires. C’est ce qui me sur­prend le plus. Bien qu’il ait dé­jà ga­gné beau­coup de titres, il en veut tou­jours plus. Zlatan est un exemple pour nous tous. Lu­cas nous a ré­cem­ment dit que vous étiez ce­lui qui l’ai­dait le plus à Pa­ris. Vous consi­dé­rez­vous comme une sorte de grand frère au club ? Au cours de ma car­rière, j’ai eu la chance de cô­toyer des joueurs qui m’ont don­né des conseils. J’es­saie de faire la même chose. Lu­cas est une per­sonne fan­tas­tique. C’est com­pli­qué de s’adap­ter lors­qu’on dé­barque en Eu­rope aus­si jeune. Je ne me per­met­trais pas de me consi­dé­rer comme un père ou un frère mais j’es­saie de lui trans­mettre un peu de mon ex­pé­rience. Et Digne ? Le voyez- vous comme un concur­rent à votre poste ? Non. Il n’y a pas de concur­rence dans un groupe. Le club a fait un re­cru­te­ment im­por­tant pour le pré­sent et pour l’ave­nir. Mon rôle est de l’ai­der au mieux. Je ne suis pas égoïste. Je veux qu’on gran­disse en­semble, qu’on rende le PSG plus fort. Avant Laurent Blanc, vous avez tra­vaillé sous les ordres d’un en­traî­neur ita­lien ( Car­lo An­ce­lot­ti), por­tu­gais ( Jo­sé Mou­rin­ho) ou en­core es­pa­gnol ( Pep Guar­dio­la). Quelles sont les dif­fé­rences ? Cha­cun a ses ha­bi­tudes, sa ma­nière de com­mu­ni­quer et de s’en­traî­ner. Laurent Blanc a une sen­si­bi­li­té très grande dans ses rap­ports avec le groupe. Il est par­ve­nu à nous trans­mettre sa phi­lo­so­phie de jeu, à nous faire com­prendre ce qu’il aime, afin que notre ren­de­ment soit le meilleur pos­sible. Cette sai­son, vous avez fait vos pre­mières ap­pa­ri­tions sous le maillot du Bré­sil*. Croyez- vous en vos chances d’être au Mon­dial ? J’ai été très sur­pris par ma convo­ca­tion cet été, je n’y croyais plus. C’est ar­ri­vé à un mo­ment très im­por­tant de ma car­rière, à un an de la Coupe du monde. Au­jourd’hui, je peux me per­mettre de rê­ver. Dis­pu­ter ce Mon­dial chez moi, ce se­rait la ce­rise sur le gâ­teau. J’ai une pe­tite chance, mais je garde les pieds sur terre. La meilleure vi­trine, ce sont mes per­for­mances en club. * Ap­pe­lé ré­gu­liè­re­ment en sé­lec­tion de­puis août der­nier, Max­well n’a pas été convo­qué pour le match amical du Bré­sil contre l’Afrique du Sud, le 5 mars.

Deux ans après son ar­ri­vée, le Bré­si­lien Max­well, 32 ans, est de­ve­nu un pi­lier du PSG pour le­quel il a de grandes am­bi­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.