La croi­sière s’ amuse

Hu­mour. Ça ne vole pas tou­jours très haut, mais les fans des Che­va­liers du Fiel plé­bis­citent le duo, qui triomphe au théâtre et pré­pare un film.

Le Parisien (Paris) - - Loisirsetspectacles - THIER­RY DAGUE

Pour me­su­rer la po­pu­la­ri­té des Che­va­liers du Fiel, il suf­fit de faire un pe­tit tour au Théâtre des Va­rié­tés, à Pa­ris. Le duo tou­lou­sain n’a pas en­core mis un pied sur scène que la salle — archi- comble — rit dé­jà aux éclats. A la sor­tie, les fans sont en­core hi­lares : « On connaît tous leurs spec­tacles par coeur, on les adore ! s’en­flamme une sexa­gé­naire de Co­lombes ( Hauts- de- Seine). Ils ont tou­jours de bonnes ré­pliques, savent im­pro­vi­ser et s’amusent au­tant que nous. »

Un phé­no­mène qui dure de­puis… trente ans. Dis­crè­te­ment mais sû­re­ment, de­puis leurs dé­buts en 1984 dans une cave de Tou­louse, Eric Car­rière ( le grand, 56 ans) et Fran­cis Gi­nibre ( le pe­tit, 54 ans) ont bâ­ti un em­pire du rire : leurs tour­nées font le plein, leurs shows ali­mentent les chaînes de la TNT, ils gèrent quatre théâtres à Tou­louse et à Avi­gnon, pos­sèdent un res­tau­rant et viennent de tour­ner leur pre­mier film, « Re­pas de fa­mille » , adap­té d’un de leurs spec­tacles ( lire en­ca­dré).

nUne co­mé­die dé­chaî­née, vo­lon­tiers gra­ve­leuse

Pour leur nou­velle créa­tion, les Che­va­liers em­barquent leurs fi­dèles pour une « Croi­sière d’en­fer » , qui tourne de­puis cet au­tomne dans toute la France et s’ins­talle trois mois dans la ca­pi­tale. Une suite de leurs « Va­cances d’en­fer » , qui res­sus­cite les per­son­nages de Mar­tine et Ch­ris­tian Lam­bert, couple de Fran­çais moyens en route pour une croi­sière Claude Fran­çois dans leur ca­bine VIP. En blouse rose à pois rouges, Mar­tine ( Eric Car­rière) sort de sa va­lise son « Jé­sus de voyage » , sa pho­to de Clo­clo ( « Non, ne la pose pas près des prises ! » ) et les cendres de sa mère. Ch­ris­tian ( Fran­cis Gi­nibre) cache ses billets ga­gnés au black sous un gué­ri­don et fait un scan­dale en dé­cou­vrant les pei­gnoirs si­glés « En­ri­co Ma­cias » .

Le tour de force de cette « Croi­sière » , c’est que les deux co­mé­diens jouent tous les autres per­son­nages de cette co­mé­die dé­chaî­née, me­née à 100 à l’heure, vo­lon­tiers gra­ve­leuse. En quelques se­condes, ils se trans­forment tour à tour en com­man­dant gay, en cu­ré ob­sé­dé, en em­ployé sourd- muet, en belle- mère ai­grie ou en plom­bier beauf. Com- plices, ils rient de leurs er­reurs, im­pro­visent des ré­pliques, mettent le pu­blic dans leur poche et ter­minent sur une cho­ré­gra­phie digne des Clo­dettes. Pier­rette, de Deuil- la- Barre ( Val- d’Oise), ap­plau­dit à tout rompre : « Su­per, su­per, su­per ! Je conseille à tout le monde ! » Mes­sage trans­mis.

( Yann Re­noard.)

Sur scène, Fran­cis Gi­nibre ( à gauche) et Eric Car­rière jouent tous les per­son­nages, hommes et femmes, de « Croi­sière d’en­fer ! » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.