Les­mois­de­fé­vrier­sont

Ci­né­ma. C’est le mois le plus char­gé en sor­ties dans les salles. Nou­sa­vons éplu­ché la stra­té­gie des dis­tri­bu­teurs.

Le Parisien (Paris) - - Loisirsetspectacles - ALAIN GRAS­SET

Fé­vrier, mois du grand em­bou­teillage. Si chaque se­maine, entre 12 et 15 nou­veaux films sortent dans les 5 500 salles de l’Hexa­gone, fé­vrier tout comme oc­tobre sont, de loin, les mois les plus char­gés. Une tra­di­tion pour les dis­tri­bu­teurs de longs- mé­trages qui misent sur un pu­blic plus mas­sif en rai­son des va­cances sco­laires. Ce qui ex­plique que le 12 fé­vrier a vu dé­bar­quer deux grosses pro­duc­tions fran­çaises. « Les Trois Frères, le re­tour » , qui oc­cupe 701 salles, et « la Belle et la Bête » , 567 salles.

La date de sor­tie de ces deux films a été soi­gneu­se­ment choi­sie par leurs dis­tri­bu­teurs. « Au dé­part, nous avions po­si­tion­né la co­mé­die des In­con­nus au 19 fé­vrier, dé­taille Bra­him Chioua, l’un des di­ri­geants de Wild Bunch qui a ré­cem­ment lan­cé la Vie d’Adèle et 9 Mois ferme. Mais il y a trois mois, Pa­thé, qui avait pro­gram­mé Su­per­con­driaque, la co­mé­die de Da­ny Boon, au 26 mars, l’a brus­que­ment avan­cé au 26 fé­vrier. Nous avons alors dé­ci­dé d’avan­cer la sor­tie des Trois Frères d’une se­maine. » nIm­pé­ra­tif Pour « Su­per­con­driaque » , le choix de Pa­thé n’est pas for­tuit. En ef­fet, « Bien­ve­nue chez les Ch’tis » et « Rien à dé­cla­rer » , les deux der­niers

de suc­cès

films de Da­ny Boon, étaient sor­tis en fé­vrier. Et ils ont car­ton­né au box- of­fice, to­ta­li­sant res­pec­ti­ve­ment 20,4 mil­lions et 8 mil­lions d’en­trées. « Su­per­con­driaque » dé­bou­le­ra dans plus de 800 salles, avec un gros im­pé­ra­tif de suc­cès, le film ayant coû­té 32 M€. Il en va de même pour « la Belle et la Bête » , avec Vincent Cas­sel et Léa Sey­doux, dont le bud­get s’élève à 37 M€.

« Pour­tant, il n’y a pas fran­che­ment de date idéale » , tem­père Fré­dé­ric Mo­get, le pa­tron de Pa­ra­mount France, dis­tri­bu­teur de grosses pro­duc­tions amé­ri­caines. « Il y a un trop- plein de films dans les salles fran­çai­sesces der­nières an­nées, ce qui com­plique vrai­ment nos choix » , ajoute- t- il. A la dif­fé­rence des pro­duc­tions hexa­go­nales, les sor­ties en France des films amé­ri­cains dé­pendent du ca­len­drier aux Etats- Unis. Même s’il y a des ex­cep­tions. « Nous avons pro­gram­mé Trans­for­mers 4 au 16 juillet pro­chain, juste après la fin de la Coupe du monde au Bré­sil » , in­dique Fré­dé­ric Mo­get. Quant à « Mis­sion : Im­pos­sible5 » , il sor­ti­ra le 23 dé­cembre 2015, en pleines va­cances sco­laires. Et de­puis long­temps, la sor­tie du pro­chain « Spi­der- Man » est fixée au 30 avril. Ala veille du 1er mai, jour fé­rié, sy­no­nyme d’énorme fré­quen­ta­tion.

Pa­thé We­pler ( Pa­ris XVIIIe), di­manche. Les grosses pro­duc­tions « la Belle et la Bête » et « les Trois Frères, le re­tour » sont sor­ties le

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.