22heures, lesIn­con­nus sa­blentle cham­pagne

Le Parisien (Paris) - - Loisirsetspectacles -

Dans les lo­caux de Wild Bunch, la so­cié­té de dis­tri­bu­tion des « Trois Frères, le re­tour » à Pa­ris ( IIIe), mer­cre­di der­nier, vers 22 heures, c’est l’ef­fer­ves­cence. La « soirée chiffres » du mer­cre­di, comme l’ap­pellent les pro­fes­sion­nels du ci­né­ma, se dé­roule, il est vrai, sous les meilleurs aus­pices. A me­sure que les en­trées du film des In­con­nus, en­re­gis­trées dans les 701 salles de France où il est pro­je­té, ar­rivent sur les or­di­na­teurs, on sent que ces « Trois Frères » vont bien mar­cher.

Bra­him Chioua, l’un des pa­trons de la so­cié­té, est en­tou­ré d’une ving­taine de per­sonnes qui sont pos­tées de­vant leurs écrans où dé­filent les chiffres ve­nus de l’Hexa­gone. « A Maillot, à Pa­ris, en gé­né­ral, la séance de 22 heures est peu fré­quen­tée. Or, là, c’est énorme. Qua­si com­plet! » s’ex­clame Na­tha­lie Cieutat, la di­rec­trice des ventes. « Beau­coup de ré­sul­tats par­viennent par mails, mais il nous faut aus­si té­lé­pho­ner à des ex­ploi­tants à Pa­ris et en pro­vince pour qu’ils nous com­mu­niquent leurs en­trées » , pré­cise la jeune femme. Par­fois, cer­tains ont dé­jà quit­té leur salle. « On at­ten­dra jeu­di ma­tin pour af­fi­ner nos chiffres. »

Quand tombent les pre­mières ten­dances, Phi­lippe Go­deau, le pro­duc- teur, re­joint par son frère Pa­trick, a le sou­rire aux lèvres. « Bien sûr, on est très contents ! Mais il faut en­core at­tendre le week- end pour sa­voir si les ré­sul­tats se­ront confir­més. » Un bé­mol tout de même pour Go­deau. « Je re­grette l’énorme fos­sé qui existe entre les cri­tiques vio­lentes dont le film a fait l’ob­jet et le pu­blic. Pour les gens qui aiment les In­con­nus et ont payé 10 € pour voir cette co­mé­die po­pu­laire, il n’y a pas d’escroquerie ! »

Alors que Di­dier Bour­don est pas­sé en coup de vent, ses com­plices

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.