Tue­rie de Che­va­line : le coup de théâtre

L’ar­res­ta­tion hier ma­tin d’un ex- po­li­cier mu­ni­ci­pal cor­res­pon­dant au portrait- ro­bot d’un mo­tard aper­çu sur les lieux du crime a re­cen­tré l’en­quête sur la piste lo­cale.

Le Parisien (Paris) - - La Une - JEAN- MARC DUCOS

Dix- huit mois après la tue­rie de Che­va­line ( Haute- Sa­voie), pour la pre­mière fois, les gen­darmes ont pro­cé­dé à une in­ter­pel­la­tion en France. Ils ont ar­rê­té hier ma­tin un an­cien po­li­cier mu­ni­ci­pal, âgé de 48 ans, à son do­mi­cile de Tal­loires, à quelques ki­lo­mètres des lieux du drame. Le 5 sep­tembre 2012, les membres d’une fa­mille bri­tan­nique d’ori­gine ira­kienne, les AlHilli, en va­cances sur les bords du lac d’An­ne­cy, ont été abat­tus sur un par­king au pied du mas­sif des Bauges, au- des­sus du vil­lage de Che­va­line. Un cy­cliste de pas­sage, Syl­vain Mol­lier, 46 ans, fi­gure aus­si au nombre des vic­times. Seules les deux en­fants du couple Al- Hilli, Zee­na, 4 ans, et Zai­nab, 7 ans, ont échap­pé à la mort. Cette ar­res­ta­tion relance la thèse, ja­mais aban­don­née, d’un tueur ori­gi­naire de la ré­gion. Et ce mal­gré une en­quête ex­cep­tion­nelle et ten­ta­cu­laire dé­jà épar­pillée sur quatre conti­nents et qui fait l’ob­jet de 92 com­mis­sions ro­ga­toires in­ter­na­tio­nales de la part des deux juges d’ins­truc­tion en charge du dos­sier.

Ce re­bon­dis­se­ment a été ren­du pos­sible grâce à la mise en place d’une ri­gou­reuse mé­tho­do­lo­gie d’en­quête. Ils sont tou­jours 42 gen­darmes à tra­vailler sur cette af­faire. Et au­tant de po­li­ciers en Grande- Bre­tagne. De­puis le dé­but, les en­quê­teurs ont re­fu­sé de « s’en­fer­mer dans un tun­nel pour ne ja­mais avoir de cer­ti­tudes ab­so­lues. Car tra­vailler dans une seule di­rec­tion se­rait une er­reur » , ré­sume le co­lo­nel Marc de Tar­lé, le très dis­cret pa­tron du bu­reau des af­faires cri­mi­nelles de la gen­dar­me­rie na­tio­nale.

Des cen­taines de témoins

Ce cre­do, les mi­li­taires de la sec­tion de re­cherches de Cham­bé­ry l’ont ap­pli­qué à la lettre « pour gar­der un pré­cieux équi­libre sur toutes les hy­po­thèses » , comme le ré­pète le lieute- nant- co­lo­nel Be­noît Vin­ne­mann, leur com­man­dant. De­puis ce 5 sep­tembre 2012, les en­quê­teurs ont ou­vert sept hy­po­thèses bap­ti­sées H1 à H7, « sans ja­mais en fa­vo­ri­ser une par rap­port à l’autre » . Cha­cune se nour­ris­sant au fur et à me­sure des avan­cées et des élé­ments ap­por­tés par les groupes d’en­quête af­fec­tés à chaque théo­rie en­vi­sa­gée.

Ain­si, ils n’ont ja­mais re­non­cé à l’idée d’un com­plot familial our­di par le frère de Saad al- Hilli, ni re­fer­mé la piste ira­kienne. Ils ont tou­jours tra­vaillé sur celle du cy­cliste Syl­vain Mol­lier, mais aus­si fouillé celle de l’es­pion­nage, en rai­son de la pro­fes­sion d’ingénieur de Saad al- Hilli. Ils ont en­core en­vi­sa­gé celle d’une er­reur de cible. Sans né­gli­ger l’hy­po­thèse que ces vic­times au­raient pu être les témoins d’un dé­lit ou d’un crime. Et en­fin, évi­dem­ment, creu­ser la piste dite du tueur lo­cal « iso­lé » . Cette der­nière tient au­jourd’hui la corde. « Une en­quête cou­sue main » , a- t- on cou­tume de dire à la di­rec­tion de la gen­dar­me­rie, qui fait face de­puis dix- huit mois à la plus im­por­tante af­faire de son his­toire. « Certes, il faut sa­voir prio­ri­ser une piste mais être ca­pable de re­ve­nir sur une autre » , in­siste le co­lo­nel de Tar­lé.

Pour re­mon­ter jus­qu’à cet ex- po­li­cier in­ter­pel­lé hier, les gen­darmes ont « cri­blé » , dès les pre­mières heures des in­ves­ti­ga­tions, des cen­taines de témoins dont ils ont dé­cryp­té le pro­fil, les ha­bi­tudes, les pen­chants, pour n’en re­te­nir, pour l’ins­tant, qu’un seul.

( DR.)

Iq­bal et Saad al- Hilli ( ici en 2006) étaient en va­cances sur les bords du lac d’An­ne­cy. Seules leurs deux filles, Zee­na, 4 ans, et Zai­nab, 7 ans, ont échap­pé à la mort.

( Do­cu­ment BFMTV.)

Che­va­line ( Haute- Sa­voie), le 5 sep­tembre 2012. Les Al- Hilli ont été abat­tus dans leur BMW sta­tion­née sur ce par­king au pied du mas­sif des Bauges. Un cy­cliste, Syl­vain Mol­lier, a éga­le­ment été tué. Son corps a été re­trou­vé à cô­té de la voi­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.