Lip­nits kaya, la pou­pée russe

Le Parisien (Paris) - - Sports - SOT­CHI ( RUS­SIE) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux ÉRIC BRU­NA

C’est une his­toire digne des meilleurs ro­mans à l’eau de rouge… Celle de Yu­lia Lip­nits­kaya, 15 ans, de­ve­nue le temps d’un pro­gramme libre la pe­tite fian­cée de la Rus­sie. Il y a dix jours, l’ado­les­cente a offert à la mère pa­trie sa pre­mière mé­daille d’or des JO 2014 dans l’épreuve par équipes. La nou­velle icone, qui re­vient ce soir en in­di­vi­duel, a fait fondre la glace de l’Ice­berg et le coeur de 12 000 spec­ta­teurs et de mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. Alors que le tsar Plu­shen­ko a ver­sé sa der­nière lame, la tsa­rine Lip­nits­kaya, du haut de ses 1,58 m, com­mence à ali­men­ter les pa­tins mon­dains. Les jour­naux en font leur une, les JT lo­caux leur ou­ver­ture.

Avec un libre à cou­per le souffle, où elle in­ter­prète « la Fille au man­teau rouge » , une jeune juive po­lo­naise hé­roïne de « la Liste de Schin- dler » tuée par les na­zis, la pro­dige ori­gi­naire d’Eka­te­rin­bourg a éga­le­ment en­flam­mé la pla­nète via les ré­seaux so­ciaux. Le ma­ga­zine « Forbes » a dé­jà es­ti­mé qu’elle peut ga­gner au moins 50 M$ ( 36 M€) au cours de sa car­rière… à condition d’émi­grer à l’Ouest ! « Je ne réa­lise pas vrai­ment ce qui m’arrive » , ex­plique la plus jeune cham­pionne olym­pique de la dis­ci­pline de­puis 1936.

Comme un sym­bole, Yu­lia a débuté la com­pé­ti­tion en 2007, l’an­née où Sot­chi a été élue pour ac­cueillir les Jeux. Deux ans plus tard, elle quitte l’Oural avec sa « ma­ma » Da­nie­la ( avant sa nais­sance, son père a dé­fi­ni­ti­ve­ment dé­lais­sé le foyer pour re­joindre l’ar­mée). En voi­ture, di­rec­tion Mos­cou. Deux jours de voyage pour faire un es­sai chez l’an­cienne pa­ti­neuse et coach re­nom­mée Ete­ri Tut­be­ridze. Un al­ler sans re­tour vers une pri­son do­rée. « Mon quo­ti­dien est étroit, souf­flait- elle avant les

Je ne réa­lise pas vrai­ment ce qui m’arrive”

Jeux. J’étu­die chez moi et ma vie c’est mai­son et pa­ti­noire. J’ai des en­traî­ne­ments ma­tin et soir et je ne vais nulle part. » En de­hors des pa­tins, qu’elle chausse de­puis l’âge de 4 ans, Yu­lia se pas­sionne pour l’équitation et le des­sin. Ce soir ( court) et de­main ( libre), les ara­besques qu’elle va tra­cer sur la glace de l’Ice­berg pourraient lui va­loir de l’or. Le dé­fi est grand face à Kim Yu­na, la cham­pionne olym­pique en titre. Mais de­vant une salle conquise et des juges dé­jà « bien­veillants » , la pe­tite Yu­lia peut rê­ver…

Des Pus­sy Riot in­ter­pel­lées. Deux jeunes femmes membres du groupe contes­ta­taire Pus­sy Riot, li­bé­rées fin dé­cembre après vingt et un mois de dé­ten­tion, ont été briè­ve­ment in­ter­pel­lées hier au coeur de Sot­chi. En­ten­du plus de quatre heures par les au­to­ri­tés russes dans le cadre d’une af­faire de vol au sein de l’hô­tel où il loge, le duo a été re­lâ­ché.

Sot­chi ( Rus­sie), hier. Yu­lia Lip­nits­kaya pro­voque un grand en­goue­ment mé­dia­tique en Rus­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.