« Glo­ria » , vous al­lez l’ado­rer

Sur les écrans. Ce film chi­lien me­tens­cène une fem­me­qui re­fait sa vie à60ans. Une­per­for­mance in­ou­bliable de l’ac­trice Pau­li­na Gar­cia.

Le Parisien (Paris) - - Les Sortiesaucinéma - ALAIn GrAS­Set

Co­mé­die dra­ma­tique de Se­bas­tian Le­lio avec Pau­li­na Gar­cia, Ser­gio Her­nan­dez, Mar­tial Tagle… Du­rée : 1 h 50.

c’est une his­toire presque ba­nale. Celle d’une Chi­lienne d’au­jourd’hui, sexa­gé­naire et di­vor­cée, res­plen­dis­sante de vie, et qui as­sume lors­qu’elle tombe de nou­veau amou­reuse. Après « la Vie d’Adèle » , « Su­zanne » , « Ida » , voi­ci « Glo­ria » , un suc­cès po­ten­tiel à son tour. On doit ce film au Chi­lien Se­bas­tian Le­lio, re­pé­ré il y a quelques an­nées à la Quin­zaine des réa­li­sa­teurs au Fes­ti­val de Cannes avec « la Sa­gra­da Fa­mi­lia Na­vi­dad » . C’est Pau­li­na Gar­cia, for­mi­dable ac­trice chi­lienne de 58 ans qui in­ter­prète Glo­ria. La ca­mé­ra du réa­li­sa­teur ne la lâche pas un ins­tant pen­dant toute cette in­trigue qui se dé­roule à San­tia­go du Chi­li et ses en­vi­rons.

Elle est comme Ro­cky, quand elle prend un coup, elle se re­lève et elle conti­nue”

Le réa­li­sa­teur Se­bas­tian Le­lio

Pau­li­na Gar­cia avait tel­le­ment épa­té le Fes­ti­val de Ber­lin 2013 que le ju­ry lui avait dé­cer­né l’Ours d’ar­gent de la meilleure ac­trice. Elle est en ef­fet in­ou­bliable dans la peau de Glo­ria. Cé­li­ba­taire, alors que ses en­fants sont grands et qu’elle ap­proche de la soixan­taine, au lieu de s’at­tar­der sur sa vie pas­sée, elle sort, danse dans les clubs, saute à l’élas­tique, chante à tue- tête des chan­sons si­ru­peuses au vo­lant de sa voi­ture. Jus­qu’à cette soirée pour cé­li­ba­taires de son âge où elle fait la connais­sance de Ro­dol­fo. Avec cet homme, joué par Ser­gio Her­nan­dez, qui dit être di­vor­cé de­puis peu, elle va vivre de très beaux mo­ments de par­tage et d’amour. Et une cruelle dé­cep­tion.

Ce par­cours est à la fois drôle, tou­chant, po­si­tif, et d’une rare jus­tesse. « Glo­ria est un per­son­nage se­con­daire, ou­blié, qui ap­pa­rem­ment ne mé- rite pas qu’on lui consacre un film dans notre so­cié­té ac­tuelle, c’est ce qui m’a en­thou­sias­mé » , avait ex­pli­qué à Ber­lin le réa­li­sa­teur Se­bas­tian Le­lio. Et il ajou­tait : « Glo­ria est comme Ro­cky, quand elle prend un coup, elle se re­lève et elle conti­nue. La vie est une poé­sie au quo­ti­dien, avec un équi­libre entre rires et pleurs, doux et dou­lou­reux comme la bos­sa- no­va. » Ajou­tez à ce­la que plu­sieurs scènes d’amour entre Glo- ria et Ro­dol­fo sont fil­mées sans dé­tour pour mon­trer, dit le ci­néaste, « que des per­sonnes âgées tombent amou­reuses et font l’amour, dans un monde ob­sé­dé par le jeu­nisme » .

Au fi­nal, on sort bou­le­ver­sé par cette co­mé­die douce- amère qui s’achève sur « Glo­ria » , le tube d’Um­ber­to Toz­zi da­tant de 1979, mais qui colle par­fai­te­ment à ce portrait ac­tuel d’une femme ex­cep­tion­nelle.

( Ad­vi­tam Dis­tri­bu­tion.)

Pau­li­na Gar­cia, qui in­carne « Glo­ria » , a re­çu l’Ours d’ar­gent de la meilleure ac­trice en 2013 pour cette per­for­mance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.