« Onn’a pas dor­mi sous le même toit pen­dant le tour­nage »

Fic­tion. Mu­riel Ro­bin joue pour la pre­mière fois avec sa com­pagne Anne Le Nen ce soir dans « Pas­sage du dé sir » ( France2,20 h 50). Interview croi­sée sans langue de bois.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Etmédias - Pro­pos re­cueillis par CA­THE­RINE BALLE

C’est la pre­mière fois qu’elles se donnent la ré­plique. En couple de­puis 2006, Mu­riel Ro­bin, 58 ans, et Anne Le Nen, 43 ans, in­carnent ce soir sur France 2 Lo­la et In­grid, une com­mis­saire re­trai­tée et une mas­seuse- strip­tea­seuse qui enquêtent sur une dis­pa­ri­tion ( « Pas­sage du dé­sir » , 20 h 50). Il y a trois ans, Anne Le Nen est de­ve­nue co­mé­dienne après avoir été pro­duc­trice, web­mas­ter, puis ins­truc­teur de com­man­do krav ma­ga, une mé­thode d’au­to­dé­fense is­raé­lienne. La brune aux yeux re­vol­ver re­prend le rôle ba­gar­reur et sexy d’In­grid Die­sel, te­nu dans le pre­mier épi­sode par Fa­tou N’Diaye. Et si la fic­tion ré­serve des re­bon­dis­se­ments ( trop) ro­cam­bo­lesques, le duo fonc­tionne à mer­veille. Qui a eu l’idée de confier le rôle d’In­grid à Anne ? ANNE LE NEN. Il y a deux ans, quand Mu­riel a lu le scé­na­rio du pre­mier épi­sode de « Pas­sage du dé­sir » , elle et son agent se sont tout de suite dit : In­grid, c’est Anne ! Mais France 2 vou­lait que le per­son­nage soit black. Après m’avoir vue dans la sé­rie po­li­cière « An­ti­gone 34 » en 2012, le scé­na­riste Ja­ckye Frysz­man avait écrit une fic­tion pour moi. France 2 n’a pas re­te­nu le pro­jet, mais a dit Bin­go pour un duo avec Mu­riel Ro­bin ! De mon cô­té, l’idée de jouer avec Mu­riel était très plai­sante. Avez- vous ré­pé­té en­semble ? A. L. N. Non, pas du tout. Je vou­lais que Mu­riel dé­couvre sur le plateau la fa­çon dont j’avais nour­ri mon per­son­nage. MU­RIEL RO­BIN. Pour « An­ti­gone 34 » , on avait beau­coup tra­vaillé, j’étais la coach d’Anne. Là, on n’a pas vou­lu user les scènes à la mai­son. D’ailleurs, on a te­nu à ne pas dor­mir sous le même toit pen­dant le tour­nage. Comme ça, si on vou­lait tra­vailler la nuit, c’était plus pra­tique…

J’avais ins­tal­lé ma barre de pole dance au mi­lieu du sa­lon”

Anne Le Nen

A. L. N. D’au­tant que moi, j’avais ins­tal­lé ma barre de pole dance au mi­lieu du sa­lon. Comment vous êtes- vous en­traî­née pour ces scènes de pole dance ? A. L. N. Ça a été un chal­lenge que j’ai ado­ré. J’ai pris sept heures de cours. Ala fin, ma­prof m’a dit « Je t’interdis d’ar­rê­ter. Tu es un gé­nie de la pole dance » . C’est très phy­sique et ça fait mal. M. R. Tout ce que tu aimes… Comme les gens qui aiment se dé­pas­ser. A. L. N. D’ailleurs, je pense que je vais lais­ser la barre dans le sa­lon… M. R. Ah non, tu vas la mettre dans un pla­card ! Anne, comment avez- vous vé­cu le fait de jouer dé­nu­dée ? A. L. N. J’avais une to­tale confiance en Jé­rôme ( NDLR : Fou­lon, le réa­li­sa­teur). La nudité n’était pas gra­tuite, elle fai­sait par­tie de l’his­toire. M. R. Et puis, quand on a un corps qu’on peut mon­trer… Par ailleurs, il y a très peu d’ac­trices qui peuvent faire des choses aus­si phy­siques.

Ne re­gret­tez- vous pas que vos per­son­nages n’aient pas d’his­toire d’amour ? M. R. Je n’y ai même pas pen­sé ! Je re­garde In­grid comme une ga­mine… Avez- vous un pro­jet de ci­né­ma en­semble ? A. L. N. Oui, une très jo­lie his­toire d’ami­tié entre femmes, mais ce n’est qu’un pro­jet. M. R. On n’a pas en­vie, sur­tout Anne, que tout ce qu’elle joue soit for­cé­ment avec moi. En­fin, si avec ce té­lé­film, la car­rière d’Anne ne dé­colle pas, on a la barre de pole dance et les étoiles au­to­col­lantes pour les seins donc on peut ou­vrir un pe­tit ca­ba­ret…

( Prod.)

Anne Le Nen joue une strip- tea­seuse qui en­quête avec une com­mis­saire re­trai­tée ( Mu­riel Ro­bin) sur une dis­pa­ri­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.