Les ques­tions quel’on se pose

Le Parisien (Paris) - - Société - DA­NIEL ROSENWEG

Que vaut vrai­ment la dom­pé­ri­done, quel est son ave­nir et que faut- il en faire ? Au­tant de ques­tions sou­le­vées hier par la de­mande de re­trait for­mu­lée hier par la re­vue « Pres­crire » .

A quoi sert la dom­pé­ri­done ?

Cette mo­lé­cule, pres­crite sur or­don­nance, est uti­li­sée es­sen­tiel­le­ment contre les nau­sées et vo­mis­se­ments. A ce titre, beau­coup de femmes en dé­but de gros­sesse, des jeunes en­fants ou des adultes at­teints de gas­tro- en­té­rite, des pa­tients soi­gnés par chi­mio­thé­ra­pie… l’uti­lisent. Mais elle est aus­si in­di­quée dans le trai­te­ment des dou­leurs ab­do­mi­nales et les ré­gur­gi­ta­tions gas­triques. Si, pour la pre­mière in­di­ca­tion, il a ob­te­nu de la com­mis­sion de la trans­pa­rence un ser­vice mé­di­cal ren­du ( SMR) « mo­dé­ré » , en re­vanche, pour les deux autres in­di­ca­tions, la note est celle at­tri­buée aux mau­vais élèves : SMR « in­suf­fi­sant » . Pour cette rai­son, il n’est pris en charge par l’as­su­rance ma­la­die que pour les nau­sées et vo­mis­se­ments.

Quels sont ses risques ?

Comme tout mé­di­ca­ment, et par­ti­cu­liè­re­ment ceux de la fa­mille des neu­ro­lep­tiques à la­quelle elle ap­par­tient, la dom­pé­ri­done ( ven­due sous les marques Mo­ti­lium, Pe­ri­dys et de nom­breux gé­né­riques) com­porte des ef­fets se­con­daires dont le prin­ci­pal, et dé­sor­mais bien iden­ti­fié, est le risque car­dio- vas­cu­laire, pré­ci­sé­ment ce­lui d’aryth­mie ven­tri­cu­laire grave, ain­si que de mort su­bite chez les per­sonnes de plus de 60 ans. A ce double titre, comme d’autres mé­di­ca­ments, il est ac­tuel­le­ment pla­cé « sous sur­veillance » .

Faut- il je­ter les boîtes que l’on a dans sa phar­ma­cie ?

« Ce n’est pas né­ces­saire » , ex­plique l’ANSM, Agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té du mé­di­ca­ment, que nous avons contac­tée, pour­vu que l’on res­pecte les doses pres­crites. « Les risques car­dio- vas­cu­laires sont très faibles » , ajoute l’agence.

Que peut- on prendre à la place ?

La re­vue « Pres­crire » conseille, en cas de nau­sées, de com­men­cer le trai­te­ment par des me­sures diététiques. On peut no­tam­ment conseiller de boire beau­coup ( y com­pris des ti­sanes su­crées, des bouillons sa­lés). Pré­fé­rez le riz, les ca­rottes cuites et les pâtes et évi­tez les lé­gumes verts. Ré­dui­sez les lai­tages aux fro­mages à pâte cuite et aux yaourts à base de bac­té­ries lac­tées. « Pres­crire » sug­gè- re aus­si le re­cours aux… pla­cé­bos, si né­ces­saire, no­tam­ment pour les en­fants. On peut leur don­ner du pa­ra­cé­ta­mol à très faible dose, par exemple. Contre les nau­sées existent éga­le­ment des mé­di­ca­ments comme le Prim­pé­ran ou le Vo­ga­lène, à faible dose tou­jours, mais eux aus­si ne sont pas dé­nués de risques. En cas de dou­leurs à l’es­to­mac, pré­fé­rez l’omé­pra­zole, plus ef­fi­cace et moins no­cif.

Va- t- elle être re­ti­rée du mar­ché ?

La dom­pé­ri­done a ob­te­nu son au­to­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché au ni­veau eu­ro­péen. Seule l’Eu­rope peut donc la re­ti­rer du mar­ché. En cours de ré­éva­lua­tion par le Prac, ( co­mi­té eu­ro­péen de phar­ma­co­vi­gi­lance), ce mé­di­ca­ment contro­ver­sé de­puis quelques an­nées seule­ment de­vrait, au nom de la ba­lance bé­né­fice- risque, res­ter sur le mar­ché, son do­sage et sa du­rée de pres­crip­tion étant, en re­vanche, ré­duits. Le Prac doit pu­blier sa dé­ci­sion dé­but mars et les dé­bats sont en­core in­tenses au sein de cette ins­ti­tu­tion dans la­quelle la France, se­lon nos in­for­ma­tions, ne dé­fend pas la thèse du re­trait du mar­ché. En­fin, le mi­nis­tère de la San­té a le pou­voir de dé­rem­bour­ser la dom­pé­ri­done ce qui de­vrait en li­mi­ter l’usage. Mais sa vente de­ve­nant libre, le consom­ma­teur y au­rait fa­ci­le­ment ac­cès…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.