LesRusses re­ven­diquent le concept

Le Parisien (Paris) - - Faits divers - SVET­LA­NA GERASEVA

ls sont una­nimes. Tous les or­ga­nismes russes mis en cause par Ele­na Pa­rou­che­va sou­tiennent que l’idée de trans­for­mer les py­lônes élec­triques en oeuvres d’art est… la leur ! Prin­ci­pale cible de l’ar­tiste fran­ci­lienne : De­si­gn De­pot, qui a conçu la sta­tue de Sot­chi, ex­plique avoir réa­li­sé le « Skieur sous ten­sion » « à la de­mande d’Ener­go­proekt » , l’un des pro­duc­teurs d’élec­tri­ci­té russe. Quant à la concep­tion, rien à voir avec Mme Pa­rou­che­va, as­sène Pio­tr Ban­kov, le di­rec­teur créa­tif de De­si­gn De­pot : « C’est Vlad Vas­si­liev, l’un de

Inos au­teurs, qui en est à l’ori­gine. » Le même as­sure que ses concep­tions « n’ont rien de com­pa­rable avec les tra­vaux d’Ele­na. Quand Ener­go­proekt nous a pro­po­sé de conce­voir ce type d’ani­maux, nous sommes spon­ta­né­ment par­tis sur l’idée d’un py­lône cerf, cet ani­mal étant très ré­pan­du dans le Cau­case. » Les py­lônes en forme d’hommes gi­gan­tesques ? « C’est un hom­mage à Ka­zi­mir Ma­le­vitch » , ar­tiste abs­trait très connu en Rus­sie. En tout état de cause, hors la sta­tue de Sot­chi, au­cun de ces pro­jets n’a, pour l’ins­tant, été tra­duit dans la réa­li­té en rai­son de leur coût éle­vé. Pour De­si­gn De­pot, la po­lé­mique n’a donc pas lieu d’être : « On a l’im­pres­sion qu’Ele­na Pa­rou­che­va tente de ti­rer avan­tage des Jeux olym­piques pour faire sa pu­bli­ci­té » , tacle Pio­tr Ban­kov. De son cô­té, le Co­mi­té in­ter­na­tio­nal olym­pique ( CIO) ex­plique prendre l’af­faire au sé­rieux. Plus lo­ca­le­ment, le co­mi­té olym­pique de Sot­chi botte en touche. « Cette sculp­ture n’est pas liée à notre or­ga­ni­sa­tion, ex­plique le co­mi­té dans un cour­rier. Il faut voir avec le trans­por­teur d’élec­tri­ci­té. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.