L’écla­tan­te­re­vanche dus­kial­pin

Le Parisien (Paris) - - Jeux olympiques d'hiver - OR : LI­GE­TY ( EU) AR­GENT : MIS­SILLIER ( FRA) BRONZE : PIN­TU­RAULT ( FRA) DA­VID CHAR­PEN­TIER

riaz en des­cente et l’ar­gent de Che­nal en géant à Tu­rin en 2006.

Les an­ti­dé­pres­seurs du mo­ment s’ap­pellent Steve Mis­sillier et Alexis Pin­tu­rault, mé­daillés d’ar­gent et de bronze lors de l’épreuve de sla­lom géant, der­rière l’in­tou­chable amé­ri­cain Ted Li­ge­ty. Le pre­mier, avec pour tout pe­di­gree un po­dium ( 3e) dans le sla­lom de Val- d’Isère en dé­cembre 2010, a sor­ti la course de sa vie à 29 ans. Le se­cond, 22 ans, était bien plus at­ten­du. Dé­ce­vant en su­per- com­bi­né ven­dre­di et pré­sen­té comme la perle du ski hexa­go­nal, Pin­tu­rault a su se re­con­cen­trer sur ce nouvel ob­jec­tif. La veille de la course, les en­traî­neurs de l’équipe de France ont rap­pe­lé aux quatre tri­co­lores en­ga­gés ( les deux mé­daillés plus Tho­mas Fa­na­ra, 9e et Ma­thieu Faivre, 24e, hier) de ne pas « oublier de jouer » . Une in­jonc­tion des­ti­née à li­bé­rer les ta­lents de l’équipe et ap­pli­quée à la lettre.

Je mé­ri­tais ma place en équipe

de France”

Steve Mis­sillier, mé­daillé d’ar­gent en géant

« Steve nous a fait une deuxième manche de fo­lie » , sa­lue, ad­mi­ra­tif, Gilles Bre­nier, di­rec­teur des équipes de France hommes. Le skieur du Grand- Bor­nand, pla­cide et grand tai­seux, a du mal à expliquer le mau­vais tour qu’il vient de jouer aux ca­dors de la dis­ci­pline, les Au­tri­chiens Hir­scher ( 4e), Raich ( 7e) et Neu­reu­ther ( 8e). « En géant, j’ai fait mon meilleur ski au­jourd’hui ( NDLR : hier), convient- il, les yeux écar­quillés de­vant les mi­cros ten­dus. Je l’ai fait le bon jour. »

Au pied du mas­sif des Aravis, la fête doit être to­tale après la mé­daille de bronze en ski de fond de l’autre hé­ros lo­cal, Ivan Per­rillat Boi­teux. D’au­tant que Mis­sillier, jeune pa­pa, au­rait aus­si très bien pu res­ter à la mai­son pour pou­pon­ner pen­dant les Jeux. « Il a eu une bonne re­mon­tée de bre­telles, car il a ra­té pas mal de courses cette sai­son, peste Sa­guez. Il au­rait pu être qua­li­fié d’of­fice pour le géant. Mais il ne l’a pas été, car on a sou­hai­té re­mettre en cause sa qua­li­fi­ca­tion pour Sot­chi. » Mis en concur­rence avec Cy­prien Ri­chard, vi­ce­cham­pion du monde 2011, Mis­sillier avait ob­te­nu, dé­but fé­vrier, la qua­trième et der­nière place dis­po­nible au por­tillon de dé­part du géant. « Je ne pou­vais pas faire beau­coup mieux pour prou­ver que je mé­ri­tais ma place » , dit- il au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.