« Si les­gens­sont­coin­cés de­la­fesse, j’ypeux­rien ! »

Phi­lip­peCan­de­lo­ro, com­men­ta­teur­du­pa­ti­nage

Le Parisien (Paris) - - Jeux olympiques d'hiver - Pro­pos re­cueillis par C. BA.

« On ne peut presque plus re­ven­di­quer qu’on est hé­té­ros ! » , s’ex­clame Phi­lippe Can­de­lo­ro lors­qu’on lui parle des cri­tiques sus­ci­tées par ses com­men­taires sur la plas­tique des pa­ti­neuses. Ce­lui qui a été vice- cham­pion du monde de pa­ti­nage ar­tis­tique en 1994 as­sume to­ta­le­ment ces ju­ge­ments es­thé­tiques : « Si les gens sont coin­cés de la fesse, j’y peux rien ! Mais je n’ai pas eu le sen­ti­ment d’avoir été trop loin : je ne fais ja­mais du trash ni du gra­ve­leux. » Can­de­lo­ro a un ami qui joue le rôle de « con­seil- ler au­dio­vi­suel » et lui rap­porte toutes les cri­tiques faites sur ses com­men­taires. « Il y a peut- être des mots qu’il faut que je ban­nisse de mon vo­ca­bu­laire » , concède- t- il…

Mais le pa­ti­neur re­ven­dique son franc- par­ler : « Si je dois dire des phrases toutes faites, va­li­dées par un avo­cat, est- ce que j’ai en­core ma place à cô­té de Nel­son ? Si je fais du clas­sique, je ne ser­vi­rai à rien. Ce­la fait huit ans que je com­mente le pa­ti­nage, j’ai une connais­sance de mon mi­lieu. Je n’ai pas à me re­mettre en ques­tion. » Can­de­lo­ro met en avant le cô­té « dé­ca­lé » de son duo avec le com­men­ta­teur po­ly­glotte : « Avec Nel­son, on es­saie de se mar­rer. » Et re­la­ti­vise les raille­ries : « Ces cri­tiques, ce n’est pas nou­veau. Et cette an­née, je suis un peu plus tran­quille que les autres com­men­ta­teurs spor­tifs de France Té­lé­vi­sions. D’ailleurs, Da­niel Bi­la­lian ( NDLR : di­rec­teur des sports de France Té­lé­vi­sions) est très sa­tis­fait. Je ne plais pas à tout le monde, mais je pense qu’il y a quand même plus de gens qui m’aiment que de gens qui ne m’aiment pas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.