« Et je­lais­se­rai Phi­lippe dé­tailler la­plas­tique d’Eka­te­ri­na… »

Nel­sonMon­fort

Le Parisien (Paris) - - Jeux olympiques d'hiver -

nP­hi­lippe Can­de­lo­ro à pro­pos de pa­ti­neuses : « Je connais un ana­con­da qui se­rait bien al­lé em­bê­ter cette Cléo­pâtre canadienne. » « Ah ! elle a beau­coup de charme Va­len­ti­na, un pe­tit peu comme Mo­ni­ca Bel­luc­ci. Peut- être un peu moins de poi­trine, mais bon… » « Le cos­tume en jette au­tant que la nana ! » « On les avait dé­jà com­men­tés en 2006 ( NDLR : un couple de pa­ti­neurs), et j’avais fait une pe­tite al­lu­sion d’ailleurs à son jo­li pe­tit pos­té­rieur. » « Vous pour­rez lui dire que c’est pas la seule à être excitée, elle a un jo­li sou­rire cette pa­ti­neuse. » nNelson Mon­fort : « Nous sommes ici sur l’Ita­lienne Fran­ces­ca Lol­lo­bri­gi­da, qui porte un nom ef­fec­ti­ve­ment très pres­ti­gieux, bien que sa plas­tique me semble un peu dif­fé­rente de celle Gi­na Lol­lo­bri­gi­da. » Et à pro­pos d’une cham­pionne de cur­ling : « Et je lais­se­rai Phi­lippe dé­tailler la plas­tique d’Eka­te­ri­na… » nLuc Al­phand, consul­tant et am­bas­sa­deur de Ros­si­gnol : « Pour l’ins­tant, il dé­ve­loppe un très bon ski. C’est vrai que, chez Ros­si­gnol, on avait bien tra­vaillé ; ses nou­veaux skis ont l’air vrai­ment de mar­cher très bien. […] Et cha­peau parce que, lui, il a pris des nou­veaux skis chez Ros­si­gnol. » nPa­trick Mon­tel à la bi­ath­lète Anaïs Bes­cond : « Je suis sûr qu’il y a la mé­daille de bronze au bout… » Et, alors que deux bi­ath­lètes font un meilleur temps que la Fran­çaise : « Ce qui ne tue pas te rend plus fort, tu le sais, ça ? […] Aïe, aïe, aïe, j’au­rais pré­fé­ré qu’on ne l’ait pas en di­rect celle- là ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.