In­fer­nales « WorkinGirls »

Le Parisien (Paris) - - Télévision et médias - CHAR­LOTTE MO­REAU

Si­phon­nées, mal­veillantes et donc par­fai­te­ment in­dis­pen­sables, les « WorkinGirls » de Ca­nal + nous avaient man­qué. Dé­jà peu fa­mi­lia­ri­sées avec le po­li­ti­que­ment cor­rect, les sa­la­riées fol­dingues de la chaîne cryp­tée re­poussent les li­mites du rai­son­nable dans leur troi­sième sai­son in­édite qui dé­marre ce soir.

Douze épi­sodes af­fû­tés, où nos an­ti­hé­roïnes filent un mau­vais co­ton, comme d’ha­bi­tude. La boss ty­ran­nique ( Claude Per­ron) se ré­jouit de dé­grais­ser la masse sa­la­riale grâce au sui­cide d’un tra­vailleur han­di­ca­pé. LaDRH­nym­pho ( Lau­rence Arné) de­vient fri­gide après un « ac­ci­dent de chatte » . La vieille fille ré­pu­gnante ( Blanche Gar­din) se fait re­loo­ker dans une émission de téléréalité pré­sen­tée par Ma­de­moi­selle Agnès. Et les ré­cep­tion­nistes hos­tiles ( Alice Be­laï­di et Clé­mence Faure) rem­barrent les in­ves­tis­seurs in­diens en les pre­nant pour des « Pa­ki » ven­deurs de roses.

Guest star de la sai­son der­nière, Au­drey La­my re­prend son rôle de syn­di­ca­liste gueu­larde, pen­dant qu’Anne Ma­ri­vin ( « Bien­ve­nue chez les Ch’tis » ) s’offre un contre- em­ploi ex­plo­sif en vi­gile vi­rile, fa­bri­quant des boules an­ti­stress avec ses propres poils pu­biens.

Dans un contexte mo­rose pour les hu­mo­ristes, l’ov­ni « WorkinGirls » fait son re­tour à point nom­mé avec sa li­ber­té de ton ébou­rif­fante. Et une troi­sième mou­ture prou­vant qu’on peut en­core rire du ra­cisme et de l’ho­mo­pho­bie, tant qu’on le fait avec ta­lent. La sé­rie en a à re­vendre : dans son jeu, tout en dé­ra­pages contrô­lés, comme dans son écri­ture, plus va­charde que ja­mais.

( Xa­vier Lahache.)

Les sa­la­riées fol­dingues de « WorkinGirls » vont re­pous­ser les li­mites du rai­son­nable dès ce soir pour douze épi­sodes in­édits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.