Bien­tôt un dé­tec­teur des men­songes du Net

Le Parisien (Paris) - - Société - RO­NAN TÉSORIÈRE

« C’était trop beau pour du­rer, on va en­core payer. Jean Marc Mo­ran­di, mi­nistre du Bud­get, a l’aval de Fran­çois Hollande pour ré­ta­blir la vi­gnette au­to­mo­bile ! » Voi­là le type d’in­for­ma­tion qui a pu at­ter­rir sur votre mur Fa­ce­book ou votre compte Twit­ter. In­fo ou intox ? Ici, pas très dif­fi­cile de re­pé­rer la ma­ni­pu­la­tion, une fois vé­ri­fié l’or­ga­ni­gramme du gou­ver­ne­ment. Le mi­nistre n’est autre que Ber­nard Ca­ze­neuve, et non un cer­tain Mo­ran­di… Dif­fi­cile tou­te­fois de faire le tri par­mi les mil­liers d’in­for­ma­tions qui af­fluent chaque jour sur la Toile. Comment sa­voir si vrai­ment « vos cour­riels se­ront bien­tôt sur­taxés par la Poste » ou en­core que « les ani­maux du zoo de Londres errent dans la ville » … Voi­là la mis­sion im­pos­sible que ce sont pour­tant as­si­gnée cinq uni­ver­si­tés ( Shef­field, le King’s Col­lege de Londres, War­wick pour l’An­gle­terre, Saar­land en Al­le­magne, et Mo­dul à Vienne) et quatre en­tre­prises eu­ro­péennes. Leur ou­til ? Un dé­tec­teur de men­songe pour ré­seaux so­ciaux. Au­jourd’hui, « on n’a pas le temps de faire la part entre les men­songes et la vé­ri­té » , ex­plique Ka­li­na Bont­che­va, de l’uni­ver­si­té de Shef­field, qui di­rige l’équipe de re­cherche.

Contrer les ru­meurs L’ob­jec­tif est ain­si de vé­ri­fier en temps réel les in­for­ma­tions pour per­mettre aux gou­ver­ne­ments, aux ser­vices de se­cours, aux mé­dias et aux en­tre­prises de ré­pondre plus ef­fi­ca­ce­ment à des ru­meurs in­fon­dées. Les cher­cheurs comptent uti­li­ser trois fac­teurs pour éta­blir la vé­ra­ci­té des don­nées : l’in­for­ma­tion en tant que telle, un sys­tème de vé­ri­fi­ca­tion via des sources fiables et les modes de dif­fu­sion de l’in­for­ma­tion. « Nous pou­vons dé­jà trai­ter un énorme volume d’in­for­ma­tions, confie Ka­li­na Bont­che­va. Mais il n’est pas pos­sible ac­tuel­le­ment de les ana­ly­ser au­to- ma­ti­que­ment, en temps réel, pour voir si l’in­for­ma­tion est réelle ou fausse, et c’est ce que nous vou­lons faire. » Un mes­sage si­gna­le­rait alors chaque ru­meur re­pé­rée.

Se­lon le quo­ti­dien bri­tan­nique « The Times » , une pre­mière ver­sion de ce « dé­tec­teur de men­songe » est at­ten­due dans dix- huit mois. Mais seul le texte se­ra ana­ly­sé. « Sa­voir si une pho­to a été dé­tour­née en temps réel est pour l’ins­tant tech­ni­que­ment im­pos­sible » , pré­cise Ka­li­na Bont­che­va. Pour ce­la, il reste tou­jours le sys­tème D : un clic droit sur la pho­to que vous en­re­gis­trez sur le bu­reau de votre or­di­na­teur et un cli­quer- glis­ser de la­dite pho­to dans la sec­tion « images » de votre mo­teur de re­cherche. Vous trou­ve­rez alors les oc­cur­rences de cette image, ce qui vous don­ne­ra son ori­gine et sur­tout sa pre­mière pu­bli­ca­tion. Preuve s’il en est que cha­cun peut être son propre dé­tec­teur de men­songe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.