Concerts Son­no­mest… Hol­lySiz

Le Parisien (Paris) - - Loisirs Et Spectacles - EM­MA­NUEL MAROLLE

Elle est re­par­tie bre­douille des Vic­toires de la mu­sique ven­dre­di soir. Pour­tant, Hol­lySiz, nom­mée par­mi les ré­vé­la­tions, n’y est pas pas­sée in­aper­çue. Ni sur scène ni en cou­lisses. Robe im­ma­cu­lée, lèvres rouge sang et, sur­tout, tem­pé­ra­ment de feu. La chan­teuse ne cal­cule pas, fonce, marche à l’ins­tinct. Une ar­tiste qui danse, chante, crie, comme elle le montre dans son dé­coif­fant pre­mier disque, son single « Come Back to Me » , ins­tal­lé sur les ra­dios, et main­te­nant en tour­née. « J’ai tou­jours par­lé fort, même pe­tite, confiet- elle à toute vi­tesse. Et main­te­nant je conti­nue. Par­fois, je m’épuise moi­même. Mais dans la vie, je suis comme ça. »

A la ville, Hol­lySiz, 31 ans, s’appelle Cé­cile Cas­sel, fille de l’acteur- dan­seur Jean- Pierre, soeur du co­mé­dien Vincent et du mu­si­cien Ma­thias, plus connu sous le nom de Ro­ckin’ Squat, leader du groupe de rap my­thique As­sas­sin. « Quand j’étais ga­mine, j’al­lais dans ses concerts, j’ai même fait des choeurs sur deux al­bums d’As­sas­sin. » Dans la fa­mille, on est plu­tôt phy­sique, voire ani­mal. « On a tous fait de la danse : mes frères, mon père, moi. On sait se mou­voir sur un plateau, oc­cu­per l’es­pace. »

Je fais ce qui me plaît”

On a en­vie d’y voir in­évi­ta­ble­ment une en­fant de la balle. « Il n’y a pas que l’en­vi­ron­ne­ment familial, rec­ti­fie- t- elle. A l’âge de 3 ans, je dan­sais dès qu’il y avait de la mu­sique, je me dé­gui­sais en Ma­don­na. Mais après, quand j’al­lais voir mon père sur un plateau de ci­né­ma, pour moi, c’était comme son bu­reau. Je voyais l’ar­ti­san, le travail quo­ti­dien pour du­rer. Comme un bou­lan­ger qui chaque jour doit faire une bonne ba­guette. »

Le par­cours de Cé­cile re­lève un peu du la­beur : des pe­tits rôles de co­mé­dienne, des chan­sons grat­touillées à la gui­tare, un drôle de pseu­do­nyme. « Hol­ly, c’était pour le houx et le rouge pré­do­mi­nant dans mes chan­sons ; et Siz, un sur­nom quand j’étais ga­mine. » Res­tait à im­po­ser ce nom, comme l’in­dique le titre de son album, « My Name Is » . « Je par­tais avec pas mal de cas­se­roles, je vou­lais faire ce disque en an­glais, pas sous mon nom. Mon his­toire était at­ti­rante pour les mai­sons de disques. Mais elles vou­laient mon nom de fa­mille… Jus­qu’à ce qu’un di­rec­teur ar­tis­tique me ré­ponde : Tu as tout pour que je re­fuse : ac­trice, qui chante en an­glais, mais j’ai ai­mé ton disque. »

Sur son pre­mier album, Hol­lySiz s’ins­crit dans la li­gnée de chan­teuses cu­lot­tées comme Blon­die ou Beth Dit­to, de Gos­sip. « J’aime leur cô­té ir­ré­vé­ren­cieux. Et comme elles, je

fais ce qui me plaît. » Hol­lySiz en concert ce soir au Mans, de­main à An­gers, le 15 avril à Pa­ris, à la Cigale ( com­plet), et le 22 oc­tobre à l’Olym­pia. Album « My Name Is » , East West, 9,99 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.