C’est Ma­dame Bonnes Nou­velles

Portrait. Yo­laine de la Bigne illu­mine les ma­ti­nales d’Eu­rope 1 avec sa chro­nique en­thou­siaste.

Le Parisien (Paris) - - Télévision Et Médias - HÉ­LÈNE BRY

Elle arrive toute pim­pante dans le bis­trot, re­din­gote prune fla­shy sur le dos. Et com­mande un pam­ple­mousse pres­sé. Elle rit, sou­rit, s’in­té­resse à vous. Ecoute, com­mente, ré­flé­chit tout haut, spon­ta­née et clair­voyante sur bien des su­jets, no­tam­ment l’en­vi­ron­ne­ment qui lui tient tant à coeur.

A 55 ans, Yo­laine de la Bigne, qui signe chaque ma­tin à 9 heures, sur Eu­rope 1, une chro­nique pleine de peps in­ti­tu­lée « La bonne nou­velle » , est une femme éton­nante. A la fois pa­ri­sienne jus­qu’au bout des ongles et amou­reuse folle de la cam­pagne, vi­vant à mi- temps « en bottes en ca­ou­tchouc » dans sa Bre­tagne na­tale, près de Lam­balle ( Côtes- d’Ar­mor). « Avec mes deux ber­gers belges ré­cu­pé­rés à la SPA, mes trois che­vaux, un âne offert par mon mec pour mes 40 ans, des ca­nards et un couple de cygnes, pré­cise- t- elle. Moi, j’ai ab­so­lu­ment be­soin de cam­pagne. Je ri­gole tou­jours en di­sant qu’ici je me dé­guise en Pa­ri­sienne et à la cam­pagne, en cam­pa­gnarde. »

Au­jourd’hui, près du siège d’Eu­rope 1 et des Champs- Ely­sées, Yo­laine est pa­ri­sienne. Elle a débuté dans les an­nées 1980 comme pi­giste au « Pa­ri­sien » , à « Li­bé­ra­tion » , « 20 Ans » et en ra­dio à Pa­ris FM. « J’avais une chro­nique où je dé­ni­chais des bonnes adresses, des bons plans. Ça s’ap­pe­lait Les trucs et les tuyaux de Ta­ta Yoyo, s’es­claffe- t- elle. Yo­laine a aus­si été la voix grave et sen­suelle qui an­non­çait les pro­grammes de la ré­vo­lu­tion­naire Ca­nal + et de la my­thique chro­nique des dé­buts de France In­fo, « Quelle époque épique » .

Pour celle d’Eu­rope 1, Yo­laine glane sans re­lâche des bonnes nou­velles. Elle passe d’ « une ap­pli qui sauve des vies en blo­quant les ap­pels dès qu’on roule à plus de 20 km/ h » à une autre « qui imite un faux ap­pel pour vous dé­bar­ras­ser d’un casse- pieds » . Des su­jets lé­gers mais aus­si de vraies avan­cées pour ré­gler de graves pro­blèmes. Comme sa chro­nique consa- crée au travail for­mi­dable du doc­teur Pierre Fol­dès pour ré­pa­rer les cli­to­ris ex­ci­sés. « Je donne plein de bonnes nou­velles parce qu’il y en a plein ! Il y a tant d’in­no­va­tions, d’idées, d’as­so­cia­tions créées par des gens cou­ra­geux. Je trouve la so­cié­té ci­vile for­mi­dable, pour com­pen­ser la mé­dio­cri­té des po­li­tiques… »

Le da­da de Yo­laine, outre le taï- chi et le re­plan­tage de haies en Bre­tagne avec son « Jules qui est ar­chi­tecte pay­sa­ger » , c’est… le bon­heur. « En 2007, j’ai écrit avec So­phie Da­vant un « Dic­tion­naire du bon­heur » * , de A comme amour à Z comme zen mais en passant par des choses dures comme vieillesse, rup­ture » , ex­plique cette adepte de la psy­cho­lo­gie po­si­tive, convain­cue que « le bon­heur est un travail » . « En France, les gens se moquent de cette psy­cho­lo­gie en di­sant qu’elle est faite pour ceux qui n’ont pas de pro­blèmes. Je ne suis pas d’ac­cord ! J’ai vé­cu toute mon en­fance avec une mère qui avait un can­cer. Elle a écrit le pre­mier livre là- des­sus et est morte quand j’avais 18 ans. Donc le mal­heur, je connais, j’ai bai­gné de­dans… Mais ma mère, elle, fai­sait du yo­ga, ça lui fai­sait un bien fou. Même quand vous êtes en train de mou­rir, vous pou­vez mou­rir comme un chien, d’une ma­nière atroce. Ou avec de l’amour au­tour de vous, de l’aide… »

Yo­laine la bat­tante, la mi­li­tante du sou­rire, a aus­si créé il y a six ans « Néo­pla­nète » , un ma­ga­zine gratuit sur l’en­vi­ron­ne­ment avec des people, des re­cettes de cui­sine, de la mode, qui se dé­cline aus­si en site In­ter­net sur Neo­pla­nete. fr et en we­bra­dio. On y ap­prend que Beyon­cé a mon­té avec sa grand- mère une boîte de cou­ture pour re­cy­cler les vieux jeans, que Pas­cal Lé­gi­ti­mus est très en­ga­gé sur l’eau en Afrique ou Mé­la­nie Laurent contre la sur­pêche… En­core des bonnes nou­velles.

Je trouve la so­cié­té ci­vile for­mi­dable, pour com­pen­ser la mé­dio­cri­té des po­li­tiques…”

* « Le Dico du bon­heur » , Man­go.

( LP/ Del­phine Gold­sz­te­jn.)

Pa­ris ( VIIIe), le 30 jan­vier. Yo­laine de la Bigne res­pire la bonne hu­meur et est adepte de la psy­cho­lo­gie po­si­tive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.