« J’ai choi­si de ré­in­tro­duire l’éle­vage bo­vin »

Pa­trice Bou­di­gnat, agri­cul­teur et mou­tar­dier de Melz- sur- Seine( 77)

Le Parisien (Paris) - - Ile-De-France - MARION KREMP

Il lui au­ra fal­lu cou­rir le monde, de la Rou­ma­nie au Bré­sil, pour réa­li­ser son at­ta­che­ment au monde pay­san. S’il lui arrive de re­prendre la poudre d’es­cam­pette dès qu’il le peut, Pa­trice Bou­di­gnat, n’en a pas moins po­sé ses va­lises à Melz- sur- Seine, en Seine- et- Marne, dans la ferme qui l’a vu naître.

Cet agri­cul­teur globe- trot­teur de 56 ans re­pré­sen­te­ra son dé­par­te­ment dès de­main au Sa­lon de l’agri­cul­ture. Chantre de la di­ver­si­fi­ca­tion, Pa­trice Bou­di­gnat, qui se re­pré­sente pour un se­cond man­dat dans sa com­mune, a pré­fé­ré la qua-

Pour ma mou­tarde, je suis al­lé re­cher­cher de vieilles re­cettes lo­cales dans les ar­chives mé­dié­vales”

li­té d’un pro­duit de ter­roir haut de gamme à la tra­di­tion briarde de la grande culture cé­réa­lière. « Nous sommes sur un an­cien co­teau vi­ti­cole et, en zone hu­mide, la terre n’est pas for­cé­ment adap­tée aux cé­réales, alors j’ai choi­si de ré­in­tro­duire l’éle­vage bo­vin et de condi­tion­ner moi- même ma ma­tière pre­mière pour don­ner une vraie plus­va­lue » , ex­plique l’agri­cul­teur qui cultive 2 ha de mou­tarde et pro­duit 15 000 pots par an de sa fa­meuse mou­tarde de Pro­vins ( 77), qui ap­pro­vi­sionne les épi­ce­ries fines d’Ilede- France et les res­tau­rants pa­ri­siens. « Je suis al­lé re­cher­cher de vieilles re­cettes lo­cales dans les ar­chives mé­dié­vales » , se sou­vient- il.

De­puis quelques an­nées, le culti­va­teur s’est im­pro­vi­sé éle­veur. C’est dans une zone hu­mide Na­tu­ra 2000 qu’il a ins­tal­lé son trou­peau de 12 vaches High­land. Une race écos­saise rus­tique à la viande par­ti­cu­liè­re­ment sa­vou­reuse et rare qu’il ré­serve à de grandes tables pa­ri­siennes. « Ce sont de vé­ri­tables dé­brous­sailleuses, elles se nour­rissent qua­si exclusivement de l’herbe des prés » , pré­sente- il un sac de pain sec à la main pour ap­pâ­ter ses bêtes aux cornes af­fû­tées.

Les Bi­stro­philes, le res­tau­rant qu’il a ou­vert voi­là un an à Pro­vins, sert tout na­tu­rel­le­ment la viande de ses vaches mais aus­si les pro­duits 100 % lo­caux de ses voi­sins ma­raî­chers.

Un par­ti pris pour cet agri­cul­teur touche à tout qui se re­ven­dique « dé­fri­cheur » des ré­seaux lo­caux.

( LP/ M. K.)

Villiers- sur- Seine ( Seine- et- Marne), hier. L’éle­vage de vaches High­land de Pa­trice Bou­di­gnat est l’un des rares d’Ile- de- France. Les bêtes aux ca­rac­té­ris­tiques rus­tiques peuvent res­ter au grand air même par temps froid.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.