Raf­fin marche surl’eau

Di­man­cheàVin­cennes. Avec cinq Groupes I rem­por­tés cet hi­ver, Eric Raf­fin sur­vole les dé­bats au­plus haut ni­veauetn’a peut- être pas en­core fi­ni d’éton­ner.

Le Parisien (Paris) - - Sporthippique - LIO­NEL STIE­VEN ET KE­VIN RO­MAIN

Ap­pro­chant les deux mille vic­toires et ti­tu­laire de trois Etriers d’or, Eric Raf­fin, la tren­taine, est, de­puis de nom­breuses an­nées, in­con­tour­nable dans le monde des courses. Et l’hi­ver qu’il est en train de pas­ser de­vrait as­seoir un peu plus sa no­to­rié­té. Ga­gner cinq Groupes 1 en moins de trois mois ne se­ra sans doute plus réa­li­sé avant long­temps, d’au­tant que la sé­rie n’est peut- être pas ter­mi­née. Au dé­part du Grand Prix de Pa­ris avec ROXANE GRIFF de­main, ju­ment avec la­quelle il s’est im­po­sé dans cette même course il y a deux ans, Raf­fin va peut- être ins­crire un sixième bâ­ton. Il re­vient sur ses per­for­mances : « Je me sa­vais bien ar­mé cette an­née, mais j’ai aus­si pu comp­ter sur un peu de chance. Tout s’est bien gou­pillé avec des che­vaux en pleine forme. Je sen­tais que je pou­vais concré­ti­ser. » Et de re­ve­nir sur ce qui peut faire la dif­fé­rence au plus haut ni­veau : « La plus grande qua­li­té pour un dri­ver ou un jo­ckey est de ne pas s’af­fo­ler. Il faut gar­der son calme. RA­PIDE LEBEL m’a beau­coup ap­pris. Quand on se dé­place en avion, par exemple, trois jours avant pour cou­rir à l’étran­ger, on n’a pas droit à l’er­reur et on ap­prend à gé­rer la pres­sion. Il ne faut pas se ra­ter dans un Groupe I, car il n’y a pas de ces­sion de rat­tra­page, con­trai­re­ment aux courses de sé­rie. » Puis de conclure : « Le suc­cès le plus fa­cile a été ob­te­nu dans le Prix de l’Ile- de­France avec ROXANE GRIFF. Di­manche, je suis as­sez confiant pour conclure dans les trois pre­miers, voire ga­gner. Dans cette épreuve, il faut sa­voir ca­na­li­ser son par­te­naire. En­core une fois, il fau­dra du calme et de la réus­site. » nL’op­po­si­tion UP AND QUICK semble être l’ad­ver­saire le plus co­riace pour ROXANE GRIFF. Le par­te­naire de JeanMi­chel Ba­zire n’a pas été très chan­ceux der­niè­re­ment dans le Grand Prix de France, et tout son en­tou­rage au­ra sû­re­ment à coeur de re­mettre les pen­dules à l’heure. Sa vic­toire dans le Cri­té­rium des 5 Ans est en­core dans toutes les mé­moires, ain­si que sa ré­cente 2e place dans le Grand Prix d’Amé­rique. Par­mi les che­vaux re­mar­qués dans ce fa­meux Prix de France, men­tion spé­ciale à UHLAN DU VAL, qui a lais­sé de nom­breux re­grets à ses pre­neurs. Il n’a en ef­fet ja­mais pu s’ex­pri­mer dans la ligne droite. YARRAH BO­KO est ir­ré­pro­chable et a dé­mon­tré qu’il avait le po­ten­tiel pour jouer les tout pre­miers rôles. Der­rière ces bases in­con­tour­nables, la lutte pour les pe­tites places peut sou­rire aus­si à TIÉGO D’ÉTANG, ca­pable de belles fins de courses s’il peut at­tendre sa­ge­ment, ou à ROYAL DREAM, tou­jours ca­pable de se re­trou­ver.

( Scoop­dy­ga/ Di­dier Dy­ga.)

Eric Raf­fin se­ra une fois de plus as­so­cié à ROXANE GRIFF, avec la­quelle il a dé­jà rem­por­té deux Groupes I cet hi­ver.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.