La sé­cu­ri­tés’ in­vite dans la cam­pagne du Xe

Le maire ( PS) Ré­mi Féraud, brigue un se­cond man­dat dans un ar­ron­dis­se­ment ac­quis à la gauche où le dé­bat sur la sé­cu­ri­té fait rage, tout com­me­la po­lé­mique sur l’éven­tuelle im­plan­ta­tion d’une salle de shoot.

Le Parisien (Paris) - - Paris - CÉ­CILE BEAU­LIEU

Dans un Xe ar­ron­dis­se­ment pro­fon­dé­ment an­cré à gauche, l’is­sue du scru­tin ne de­vrait guère lais­ser place à la sur­prise. Très lar­ge­ment élu une pre­mière fois en 2008, avec près de 75 % des suf­frages, Ré­mi Féraud, maire PS, dé­sor­mais pre­mier se­cré­taire de la fé­dé­ra­tion so­cia­liste de Pa­ris et co­di­rec­teur de cam­pagne d’Anne Hi­dal­go, s’était as­su­ré une vic­toire sans conteste à la tête d’une liste d’union PS- PCF- PRG. Et en s’of­frant les suf­frages des Verts au se­cond tour.

D’ailleurs l’homme se montre se­rein, face à une droite qui ap­pa­raît di­vi­sée avec un can­di­dat dis­si­dent, Serge Fe­der­busch, élu UMP dans le Xe et au­jourd’hui à la tête d’une

Ma­nuel Valls m’a en­ten­du”

Ré­mi Féraud, maire sor­tant, can­di­dat PS

liste Pa­ris li­bé­ré : « La can­di­date de l’UMP, De­bo­rah Paw­lik, est peu im­plan­tée dans l’ar­ron­dis­se­ment. J’ai comp­té, ajoute- t- il, c’est la cin­quième per­sonne que l’UMP pré­sente, et toutes ont dis­pa­ru. Trois pe­tits tours et puis s’en vont… » .

Le maire sor­tant l’af­firme : lors­qu’il fait cam­pagne sur le ter­rain, il parle beau­coup de ses pro­po­si­tions, pas du tout de ses concur­rents. Mais, eux, parlent de lui. No­tam­ment lors­qu’il s’agit d’évo­quer le thème épi­neux de l’in­sé­cu­ri­té dans l’ar­ron­dis­se­ment, ren­du plus brû­lant en­core après l’an­nonce du pro­jet d’im­plan­ta­tion — au­jourd’hui en sus­pens — d’une salle de consom­ma­tion de drogue, dé­criée par une par­tie de la po­pu­la­tion. Alors pour faire front à une droite qui bran­dit le spectre du laxisme à son en­droit, Ré­mi Féraud a fait ve­nir sur ses terres, gare du Nord, la can­di­date so­cia­liste à la mai­rie de Pa­ris afin de par­ler sé­cu­ri­té. Et il le re­con­naît de bonne grâce, ce n’est pas un ha­sard si Anne Hi­dal­go est ve­nue elle- même pré­sen­ter le pro- jet du PS sur ce thème. « Nous avons de vraies pro­po­si­tions con­trai­re­ment à l’UMP, sou­tient Ré­mi Féraud : je de­man­dais des ef­fec­tifs de po­lice, en vain, de­puis long­temps. Et c’est Ma­nuel Valls qui m’a en­ten­du. Au­jourd’hui, une bri­gade spé­cia­li­sée de ter­rain de 25 agents a été ins­tal­lée dans le quar­tier des gares et la Ville va mettre en place une équipe de cor­res­pon­dants de nuit pour lut­ter contre l’in­sé­cu­ri­té et les in­ci­vi­li- tés. »

Des ar­gu­ments que De­bo­rah Paw­lik ba­laie d’un re­vers de main : « NKM est ve­nue il y a dé­jà deux mois consta­ter les condi­tions dans les­quelles vivent les ri­ve­rains des deux gares ! Et la pro­pre­té, comme la sé­cu­ri­té, se sont dé­gra­dées, les gens le disent lorsque je fais du porte à porte… Mais Ré­mi Féraud semble dé­cou­vrir cet état de choses. Il ne prend plus le pouls de la po­pu­la­tion de­puis long­temps » . Quant au pro­jet de salle de shoot, il conti­nue de cli­ver les ha­bi­tants, mais éga­le­ment gauche et droite. Ré­mi Féraud per­siste : si la loi l’y au­to­rise, il ou­vri­ra le site. Serge Fe­der­busch s’y op­pose, tout comme De­bo­rah Paw­lik. « Of­frir une salle de confort aux toxi­co­manes et l’im­po­ser de ma­nière au­to­ri­taire aux ha­bi­tants n’est pas une ma­nière de les ai­der… »

( LP/ Jof­frey Vovos.)

Gare du Nord ( Xe). Ré­mi Féraud a fait ve­nir, gare du Nord, Anne Hi­dal­go, la can­di­date so­cia­liste à la mai­rie de Pa­ris, afin de par­ler sé­cu­ri­té. C’est dire, qu’ici, ce thème est au coeur des dé­bats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.