Lavraie vie d’une ferme

A l’oc­ca­sion de l’évé­ne­ment pa­ri­sien, nous avons pas­sé deux jours aux cô­tés de Sté­pha­nie, éle­veuse dans la Manche.

Le Parisien (Paris) - - La Une - TEXTES : FLO­RA GE­NOUX PHO­TOS : OLI­VIER ARAN­DEL

Au mo­ment où des cen­taines de mil­liers de vi­si­teurs ar­pen­te­ront les halls du Sa­lon de l’agri­cul­ture, à par­tir d’au­jourd’hui et jus­qu’au 2 mars, Sté­pha­nie Mau­bé au­ra les bottes dans la boue et des agneaux plein les bras. « Pen­dant la sai­son des nais­sances, c’est im­pos­sible de quit­ter la ber­ge­rie, mais j’au­rais été fière de par­ler de mon mé­tier, confie cette éle­veuse d’agneaux pré­ssa­lés à Saint- Ger­main- sur- Ay ( Manche). C’est l’oc­ca­sion de ré­pondre à toutes les ques­tions. » nUne pro­fes­sion fé­brile Gi­gan­tesque vi­trine des lai­tiers, des cé­réa­liers, des vi­ti­cul­teurs, des éle­veurs, ce sa­lon est au­tant at­ten­du des vi­si­teurs — leur nombre a bat­tu un re­cord l’an der­nier — que des agri­cul­teurs, ha­bi­tés de­puis des mois par les in­ter­ro­ga­tions : quelle bête du trou­peau at­ti­re­ra les re­gards de la ca­pi­tale ? Quel pro­duc­teur de la co­opé­ra­tive fe­ra le voyage jus­qu’à la porte de Ver­sailles pour expliquer les des­sous de son mé­tier ?

Ce­pen­dant, der­rière cette grand­messe aux couleurs du ter­roir, il y a aus­si la fé­bri­li­té d’une pro­fes­sion mal­me­née. Un agri­cul­teur se sui­cide tous les deux jours en France, ab­di­quant de­vant les dif­fi­cul­tés fi­nan­cières et l’iso­le­ment. Les jeunes tournent le dos à la ferme fa­mi­liale, et les pe­tites ex­ploi­ta­tions dis­pa­raissent au pro­fit des grosses struc­tures. Qui pour re­prendre la clé des champs ?

Sté­pha­nie, 34 ans, a fait le choix fou de lâ­cher sa si­tua­tion dans l’au­dio­vi­suel à Pa­ris pour em­bras­ser la pro­fes­sion d’agri­cul­trice il y a six ans ( lire ci- contre). « Il y au­ra peut- être de plus en plus de néo­ru­raux qui s’orien­te­ront vers notre pro­fes­sion » , an­ti­ci­pet- elle. Avec un dy­na­misme mor­dant mais sans an­gé­lisme, elle nous a ac­cueillis pen­dant qua­rante- huit heures chez elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.