Si vous fi­nan­ciez le châ­teau ?

Seine- et- Marne. Quatre chan­tiers de res­tau­ra­tion, fi­nan­cés par­de­riches mé­cènes— Etat­sou en­tre­prises—, son­ten­cour­sau châ­teau de Fon­taine bleau. Maisles par­ti­cu­liers son­taus­si in­vi­tésà par­ti­ci­perà des pro­jets.

Le Parisien (Paris) - - La Une - PAS­CAL VILLEBEUF

Un homme d’af­faires de Seine- et- Marne, amou­reux de la Re­nais­sance, a dé­bour­sé 5 000 € pour le châ­teau de Fon­tai­ne­bleau. Son chèque a per­mis de res­tau­rer une tor­chère ( un chan­de­lier), élé­ment qui avait ser­vi au dé­cor du ma­riage du duc d’Or­léans. Un couple de re­trai­tés a fait don de fla­cons du Pre­mier Em­pire, qui trou­ve­ront une place dans l’une des 1 500 pièces de ce monument his­to­rique. Un en­sei­gnant, lui, offre ponc­tuel­le­ment des do­cu­ments de va­leur. « Il nous a ap­por­té ré­cem­ment des pho­tos da­tées de 1850 » , se ré­jouit Vincent Co­chet, l’un des cinq conser­va­teurs qui s’amuse à l’idée que tout le monde puisse ain­si être, à sa fa­çon, châtelain à Fon­tai­ne­bleau.

Ce pa­lais royal, pro­prié­té de l’Etat, si­tué en Seine- et- Marne, a été mar­qué par la pré­sence de sou­ve­rains du­rant huit siècles : Ca­pé­tiens, Va­lois, Bour­bons… Na­po­léon y or­ga­ni­sait des sé­jours de la cour im­pé­riale.

« Le pre­mier geste, c’est de le vi­si­ter. Ache­ter un ti­cket nous aide à fi­nan­cer des chan­tiers ou à faire des ac­qui­si­tions » , af­firme Vincent Co­chet. Avec ses 450 000 vi­si­teurs an­nuels ( 3 M€ de re­cettes de billet­te­rie sur un bud­get to­tal de 12 M€), Fon­tai­ne­bleau arrive à as­su­rer son fonds de rou­le­ment. Mais comme bon nombre de mo­nu­ments, l’ap­pel au mé­cé­nat s’im­pose pour faire face à des tra­vaux ex­cep­tion­nels.

nLes noms des do­na­teurs fi­gu­re­ront sur le site In­ter­net

Le site In­ter­net du châ­teau, re­lan­cé il y a quinze jours à peine, dé­crit tous les pro­jets à sou­te­nir : res­tau­ra­tion de décors et d’oeuvres, ac­qui­si­tion de mo­bi­lier, mise en va­leur des jar­dins… En 2013, 70 000 € de dons de par­ti­cu­liers ont ain­si pu être en­gran­gés. « Nous al­lons sans doute lan­cer des sous­crip­tions au­près du pu­blic. En ce­la, l’aide de la Fon­da­tion du patrimoine est es­sen­tielle » , pré­cise Vincent Co­chet. Cette ins­ti­tu­tion qui a pour but de sou­te­nir le patrimoine ru­ral est au­to­ri­sée à fi­nan­cer des pro­jets de plus grande am­pleur. Fon­tai­ne­bleau est l’un des pre­miers mo­nu­ments d’Etat à en bé­né­fi­cier. La Fon­da­tion vient ain­si de dé­blo­quer 200 000 € pour res­tau­rer le sa­lon jaune de l’im­pé­ra­trice Jo­sé­phine. « L’avan­tage de ce sou­tien, c’est qu’il va nous per­mettre d’en­trer dans un ré­seau de mé­cènes qui com­prend des grandes so­cié­tés » , sou­ligne Eric Gre­bille, char­gé du mé­cé­nat au châ­teau. Car le mé­cé­nat, n’est pas seule­ment l’af­faire des par­ti­cu­liers. Les en­tre­prises, comme Phi­lips ou le Cré­dit agri­cole, ont été les pre­mières à mettre la main au por­te­feuille.

Le théâtre Na­po­léon- III a bé­né­fi­cié d’un don de 5 M€ de l’Emi­rat d’Abu Dha­bi. Il por­te­ra le nom de son mé­cène, son Altesse Cheikh Sul­tan bin Tan­noun Al Na­hyan. Pour les plus pe­tits do­na­teurs, c’est sur le site In­ter­net que les noms se­ront ins­crits. Avec sur­tout la sa­tis­fac­tion de par­ti­ci­per à la pré­ser­va­tion des fastes d’un pa­lais na­tio­nal.

Fon­tai­ne­bleau ( Seine- et- Marne). Le Théâtre Na­po­léon- III et le Sa­lon jaune de l’Im­pé­ra­trice Jo­sé­phine fi­gurent par­mi les gros chan­tiers ac­tuels du pa­lais na­tio­nal.

( DR.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.