LeG 20s’in­quiète pour­les­pays émer­gents

L

Le Parisien (Paris) - - Economie -

a réu­nion des mi­nistres des Fi­nances et des ban­quiers cen­traux du G 20 a débuté, hier, à Syd­ney ( Aus­tra­lie) sur fond d’in­quié­tude pour les pays émer­gents. La fin du pro­gramme de sou­tien à l’éco­no­mie de la Banque cen­trale amé­ri­caine, la Fed, et l’at­tente d’une re­mon­tée des taux amé­ri­cains in­citent en ef­fet les in­ves­tis­seurs à sor­tir leurs ca­pi­taux des pays émer­gents pour les ra­pa­trier aux Etats- Unis, pro­vo­quant le tan­gage de leurs de­vises.

« La si­tua­tion des éco­no­mies émer­gentes mé­rite d’être sui­vie avec at­ten­tion, mais ce n’est pas une si­tua­tion de crise » , a néan­moins es­ti­mé, hier, le mi­nistre fran­çais Pierre Mos­co­vi­ci. Ces der­niers jours, les Etats- Unis, la Grande- Bre­tagne et le FMI avaient ap­pe­lé les émer­gents à « mettre de l’ordre » chez eux. La Ca­li­for­nie dé­cou­pée en six Etats ? Ce pro­jet un peu fou a en tout cas été va­li­dé par les au­to­ri­tés et pour­rait être sou­mis à ré­fé­ren­dum en no­vembre pro­chain, si son pro­mo­teur réunit les quelque 800 000 si­gna­tures né­ces­saires. Se­lon le dé­fen­seur du pro­jet, Tim Dra­per, un in­ves­tis­seur de la Si­li­con Val­ley, la Ca­li­for­nie, dixième éco­no­mie mon­diale, est de­ve­nue « pra­ti­que­ment in­gou­ver­nable » . Et ses 38 mil­lions d’ha­bi­tants re­ce­vraient « de meilleurs ser­vices » si l’Etat était dé­mem­bré en six en­ti­tés, d’après le mil­liar­daire amé­ri­cain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.