Ré­vé­la­tions­surles

Faux­chô­meurs, em­ployeurs mal­hon­nêtes, sa­la­riés in­dé­li­cats… Alerte à la frau­deaux al­lo­ca­tions.

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - STÉ­PHANE SELLAMI

Comment l’un des or­ga­nismes so­ciaux les plus sol­li­ci­tés de France lutte- t- il contre la fraude ? La ques­tion se pose après la mise au jour d’une vaste escroquerie au pré­ju­dice de Pôle em­ploi par un seul et même au­teur pré­su­mé. Ce der­nier, mu­ni d’une mul­ti­tude de faux do­cu­ments, est par­ve­nu à se faire ver­ser sans être in­quié­té près de 2 M€ d’al­lo­ca­tions en deux ans, avant d’être dé­mas­qué. Et, se­lon nos in­for­ma­tions, ce ne se­rait pas un cas unique. Ci­blé par ce type d’es­crocs, Pôle em­ploi, qui a ver­sé près de 33 Mds€ d’al­lo­ca­tions d’as­su­rance et de so­li­da­ri­té chô­mage en 2013, doit par ailleurs faire la chasse aux chô­meurs qui ne dé­clarent pas leurs pé­riodes d’ac­ti­vi­té ou en­core aux de­man­deurs d’em­ploi qui gonflent leurs re­ve­nus à l’aide de faux do­cu­ments sa­la­riaux. Même si cette fraude su­bie, qui s’est éle­vée à 58,7 M€ ( pour 41,8 M€ évi­tés) en 2013, de­meure à la marge, son mon­tant amène à s’in­ter­ro­ger, no­tam­ment sur la fa­ci­li­té avec la­quelle cer­tains frau­deurs ont pu agir. Pour ten­ter de li­mi­ter la casse, les con­seil- lers de l’éta­blis­se­ment pu­blic peuvent sa­voir, qua­si au­to­ma­ti­que­ment de­puis la fin du mois de jan­vier, si les chô­meurs dont ils ont la charge ont re­trou­vé un em­ploi. Les Urs­saf adressent dé­sor­mais chaque jour à Pôle em­ploi les dé­cla­ra­tions préa­lables à l’em­bauche ( DPAE), rem­plies par tout em­ployeur en cas de re­cru­te­ment d’un sa­la­rié.

France à la traîne dans la lutte contre l’escroquerie

nLa Mais les moyens de lutte contre la fraude au pré­ju­dice d’un or­ga­nisme qui gère, se­lon les der­niers chiffres com­mu­ni­qués par le mi­nis­tère du Travail, la des­ti­née pro­fes­sion­nelle de plus de 3,3 mil­lions de per­sonnes de­meurent somme toute li­mi­tés. Pour la Cour des comptes, Pôle em­ploi a certes ac­com­pli « des pro­grès » dans sa lutte contre les es­crocs mais a en­core des ef­forts à faire ( lire ci- des­sous). Reste que la France de­meure à la traîne en termes de « cen­tra­li­sa­tion de l’in­for­ma­tion sur les es­cro­que­ries de masse » , no­tam­ment aux or­ga­nismes so­ciaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.