LesU­krai­niens­veulent en­fi­ni­ra­ve­cla­cor­rup­tion

Alors que le pré­sident dé­chuVik­tor Ia­nou­ko­vitch est in­trou­vable de­puis sa­me­di, des mil­liers de ci­toyens se rendent dans sa luxueuse ré­si­dence pour contem­pler les ex­cès d’un pou­voir en dé­com­po­si­tion.

Le Parisien (Paris) - - Politique - AVA DJAMSHIDI

On ne change pas ses ha­bi­tudes du jour au len­de­main. Sa­me­di, le pré­sident ukrai­nien dé­chu le jour même par le Par­le­ment ukrai­nien a ten­té de ral­lier la Rus­sie… en es­sayant de cor­rompre des gardes- fron­tières à l’aé­ro­port de Do­netsk, ville de l’est de l’Ukraine. Mais les liasses de billets pro­po­sées par les sbires de Vik­tor Ia­nou­ko­vitch n’ont pas trou­vé pre­neurs.

Son avion privé est res­té cloué au sol, obli­geant l’ex- chef de l’Etat à re­des­cendre de l’ap­pa­reil et à quit­ter les lieux. Deux de ses proches, ré­pu- tés ap­par­te­nir à la Fa­mille, sur­nom du clan po­li­ti­co- fi­nan­cier de l’Ukrai­nien, ont connu la mê­me­mé­sa­ven­ture. Comme si, du simple agent doua­nier jus­qu’aux dé­pu­tés, en passant par le propre par­ti de Ia­nou­ko­vitch, qui a ju­gé ce der­nier « res­pon­sable des évé­ne­ments tra­giques » en Ukrai- ne et condam­né sa « tra­hi­son » dans un com­mu­ni­qué, tout un pays avait dé­ci­dé d’en fi­nir avec la cor­rup­tion en­dé­mique qui ronge l’Etat de­puis des an­nées. Et ce, alors qu’une dé­li­cate pé­riode de tran­si­tion ( lire ci- des­sous) se met en place. Ain­si, le Par­le­ment a vo­té hier la na­tio­na­li­sa­tion de la Me­ji­gui­ria, luxueuse ré­si­dence de l’an­cien chef de l’Etat, qui était de­ve­nue le sym­bole ces der­nières an­nées de la cor­rup­tion du ré­gime.

nParc

d’at­trac­tions pour oli­garque dis­pen­dieux

Une hal­lu­ci­nante dat­cha, sorte de mai­son de cam­pagne tra­di­tion­nel­le­ment mo­deste mais dont le concept a quelque peu été dé­voyé… Ce do­maine, d’en­vi­ron 140 ha, si­tué à une qua­ran­taine de ki­lo­mètres au nord de Kiev sur les rives du Dnie­pr, tient plus du parc d’at­trac­tions pour oli­garque dis­pen­dieux que de la ca­bane en fo­rêt. Dès sa­me­di, lorsque Ia­nou­ko­vitch a dé­ser­té la Me­ji­gui­ria, des mil­liers de fa­milles ukrai­niennes sont ve­nues contem­pler la dé­me­sure des lieux oc­cu­pés par leur an­cien pré­sident.

Hé­li­port, par­cours de golf, ter­rain de ten­nis, écu­ries, zoo privé, co­lo­nie de fai­sans de col­lec­tion ve­nus de Su­ma­tra ou de Mon­go­lie, ou en­core une sta­tion- ser­vice des­ti­née à ap­pro­vi­sion­ner l’im­pres­sion­nante col­lec­tion de voi­tures an­ciennes de Ia­nou­ko­vitch… Sans rien piller, les vi­si­teurs ont dé­am­bu­lé bouche bée dans le bâ­ti­ment prin­ci­pal, tout de marbre et rem­pli d’icônes do­rées. Sans oublier les toi­lettes… cou­vertes d’or ! Enième preuve de l’in­dé­cent train de vie de ce­lui qui fut à la tête de ce pays éco­no­mi­que­ment à ge­noux.

( MaxPPP/ EPA/ Ser­gey Dolz­hen­ko.)

Ban­lieue de Kiev ( Ukraine), sa­me­di. Le Par­le­ment a vo­té hier la na­tio­na­li­sa­tion de la Me­ji­gui­ria, l’hal­lu­ci­nante ré­si­dence

pré­si­den­tielle de Ia­nou­ko­vitch.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.