A4­heu­res­du­ma­tin, un­ro­chers’écra­se­sur­le­cha­let

Uné­bou­le­ment a pul­vé­ri­sé une an­cienne ber­ge­rie à flanc de fa­laise, dans la nuit de sa­me­di à di­manche, à Iso­la, dans les Alpes- Ma­ri­times. Sur les sept oc­cu­pants, deux en­fants ont été tués dans leur som­meil.

Le Parisien (Paris) - - Faitsdivers - ISO­LA ( ALPES- MA­RI­TIMES) De notre cor­res­pon­dant MAT­THIAS GA­LANTE

Au mi­lieu des mon­ti­cules de gra­vats épar­pillés, un pe­tit bout de toit tient en­core sur son mur de pierre. De grosses poutres en bois, ves­tiges de la char­pente d’une an­cienne grange trans­for­mée en ré­si­dence se­con­daire, pendent dans le vide comme souf­flées par une ex­plo­sion. C’est là qu’ont été re­trou­vés, hier, les corps sans vie de deux en­fants de 7 et 13 ans après un ébou­le­ment sur­ve­nu vers 4 heures à la sor­tie du vil­lage de mon­tagne d’Iso­la ( Alpes- Ma­ri­times). Près de 100 m3 de ro­chers, dont un im­po­sant bloc d’en­vi­ron 50 t, sont tom­bés sur cette ha­bi­ta­tion de trois ni­veaux en contre­bas de la pa­roi ro­cheuse et en bor­dure de route, à une ving­taine de mi­nutes de la sta­tion de ski d’Iso­la 2000. A l’in­té­rieur, des amis et leurs en­fants, ve­nus de Nice et de Contes, sept per­sonnes au to­tal, dor­maient tran­quille­ment.

nDes

sur­vi­vants sortent in ex­tre­mis

Quelques se­condes après l’ébou­le­ment, trois d’entre eux — qui se trou­vaient dans les étages in­fé­rieurs — ont réus­si à sor­tir en catastrophe pour pré­ve­nir les se­cours. Pa­ni­qués, ils les ont in­for­més qu’un autre couple et deux en­fants man­quaient à l’ap­pel. Grâce à une équipe cy­no­phile, les deux pa­rents ont été lo­ca­li­sés par les chiens, lé­gè­re­ment bles­sés, coin­cés sous des dé­bris du deuxième étage, dans un angle du lo­ge­ment. « Je leur ai dit de se mettre en po­si­tion comme dans un crash d’avion. La ma­man pleu­rait beau­coup, nous di­sant qu’il y avait les en­fants à cô­té, il a fal­lu les ai­der à se cal­mer avant de pou­voir les ex­traire en toute sé­cu­ri­té » , ex­plique Pa­trick Villar­dry, maître- chien des pom­piers. A seule­ment 1 md’eux, les corps des deux gar­çons qui avaient dé­ci­dé de dor­mir en­semble ont été dé­cou­verts vers 7 heures. « Ils ont été tués sur le coup. Si les ro­chers avaient glis­sé un tout pe­tit peu dif­fé­rem­ment on les ré­cu­pé­rait in­demnes » , sou­pire le se­cou­riste, ému. Les sur­vi­vants, très cho­qués, ont été pris en charge par une équipe spé­cia­li­sée à l’hô­pi­tal Saint- Roch, à Nice.

Une en­quête a été ou­verte par les gen­darmes, qui ont sur­vo­lé le site en hé­li­co­ptère dans la ma­ti­née avec une géo­logue. Comme pour l’ébou­le­ment qui a fait dé­railler le train des Pignes et cau­sé la mort de deux pas­sa­gers le 8 fé­vrier entre An­not et Saint- Be­noît ( Alpes- de- Haute- Pro­vence), c’est une fois en­core la fa­ta­li­té qui semble en cause. Un drame d’au­tant plus cruel que cette ré­si­dence se­con­daire n’était que très ra­re­ment oc­cu­pée par ses pro­prié­taires, se­lon un ri­ve­rain.

Iso­la ( Alpes- Ma­ri­times), hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.