« Je­me­sens­bien­phy­si­que­ment et­men­ta­le­ment »

Zla­tanI­bra­hi­mo­vic, at­ta­quant­pa­ri­sien

Le Parisien (Paris) - - Sports - TOU­LOUSE Pro­pos re­cueillis par F. G.

Au terme d’une se­maine où il a ins­crit la ba­ga­telle de cinq buts et avant de goû­ter un re­pos mé­ri­té, Zlatan Ibra­hi­mo­vic a briè­ve­ment com­men­té ses der­niers ex­ploits. Dans un fran­çais en­core ap­proxi­ma­tif, le Sué­dois re­fuse de se dé­crire comme le meilleur joueur du monde et at­tend que les ré­sul­tats fi­naux viennent va­li­der son excellente sai­son. Vous avez en­core réa­li­sé un gros match au Sta­dium. En êtes- vous cons­cient ? ZLATAN IBRA­HI­MO­VIC. Oui, c’était un bon match même s’il était dif- fi­cile de jouer sur ce ter­rain. La pe­louse n’était pas bonne. Je ne sais pas ce que c’était mais ce n’était pas vert et ce n’était pas de l’herbe. Mais nous avons ga­gné, c’était très im­por­tant. Je me sens bien phy­si­que­ment et men­ta­le­ment. Mais il reste trois mois avant la fin du cham­pion- nat. C’est à ce mo­ment- là ( mi­mai) qu’il fau­dra faire les bi­lans et, sur­tout, voir ce que l’on au­ra ga­gné. Jus­qu’où pou­vez- vous al­ler ? Etes- vous le meilleur joueur du monde ac­tuel­le­ment ? Non. Mais ce n’est pas à moi de ré­pondre à cette ques­tion. Vous ne vous re­po­sez que très ra­re­ment. Est- ce que votre corps vous laisse tran­quille ? Ça va. J’ai en­core joué avec des dou­leurs au dos. Mais le fait de ga­gner et de mar­quer des buts, ce­la me fait oublier la dou­leur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.