LeS­tu­dioBa­gel n’ar­rê­te­ja­mais

Le Parisien (Paris) - - Loisirsetspectacles - C. BA.

Lors­qu’on entre dans leur re­paire, on se croi­rait dans une sé­rie amé­ri­caine. Les lo­caux de Studio Ba­gel, dans le Ve ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, c’est un loft de 80 m2 avec poutres, murs en pierre et pa­pier peint en briques rouges. De­dans, un coin cui­sine où trône un énorme fri­go, une table sur une mo­quette- pe­louse vert fluo et, dans le fond, quatre im­menses ca­na­pés pour les « réunions de travail » . Une pe­tite pièce at­te­nante hé­berge les sa­la­riés char­gés de la pro­duc­tion et, dans un mi­nus­cule sous- sol, quatre ou cinq jeunes fi­na­lisent des vi­déos sur or­di­na­teur.

Entre les bou­teilles de Co­ca à de­mi vides et les pa­quets de gâ­teaux, un canard en plas­tique cô­toie une pe­luche géante et un vrai chi­hua­hua saute de ge­noux en ge­noux. Ce lun­di, une quin­zaine de jeunes sont af­fa­lés dans les ca­na­pés. Le plus jeune a 20 ans, le plus vieux 34. Cas­quettes, sweats à ca­puche, barbes et lu­nettes à mon­tures noires : la dé­con­trac­tion bran­chée ver­sion 2.0. Ça ri­gole, ça se chambre, mais ça bosse aus­si, comme en té­moigne une im­mense feuille blanche au mur, sur la­quelle sont no­tées des idées de sketchs.

« De 10 heures à 22 heures, il y a tou­jours du monde ici, ex­plique Mon­sieur Poulpe, l’un des pi­liers de Studio Ba­gel, 33 ans dont seize à réa­li­ser des sketchs sur In­ter­net. Les mon­teurs, gra­phistes et per­sonnes de la pro­duc­tion ar­rivent en pre­mier et puis, après, il y a les au­teurs et les co­mé­diens. » Cet en­droit, Lo­ren­zo Be­ne­det­ti, le pa­tron du Ba­gel, l’a vou­lu comme « un lieu de travail et un lieu de vie » . « Ici, c’est un peu l’ap­part de la sé­rie Friends, sou­rit Ali­son Whee­ler, 27 ans, l’une des au­teurs et co­mé­diennes. Par­fois, on est un peu di­ver­tis, mais si­non c’est vrai­ment stu­dieux. On met beau­coup de miettes, mais on tra­vaille… » nTous Cer­tains membres du studio dorment par­fois sur place ou y passent pen­dant le week- end. « Tout le monde a la clé et vient quand il veut » , pré­cise Lo­ren­zo Be­ne­det­ti. Le Studio compte sept sa­la­riés ( di­rec­teur d’écri­ture, di­rec­teur ar­tis­tique, as­sis­tante de pro­duc­tion…) et une di­zaine d’in­ter­mit­tents co­mé­diens et au­teurs. Au­jourd’hui, presque tous les membres de la troupe ont un agent. « Ce qui est gé­nial ici, c’est que je peux écrire et faire des rôles que je ne

ont un agent

fe­rais pas au ci­né­ma » , sou­ligne Ali­son. Entre les ca­chets d’acteur et les droits d’au­teur, la jeune femme as­sure que les in­ter­mit­tents du Ba­gel touchent « entre 2 000 et 3 000 € par mois, mais c’est très ir­ré­gu­lier » . « Je mange bien, as­sure de son cô­té Mon­sieur Poulpe. Je peux me faire des mois à 8 000 ou 10 000 € comme d’autres à 1 000. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.