Smart­phones Vous n’ avez en­core rien vu!

Les 16 mil­lions de smart­phones ven­dus l’an der­nier en France sont- ils dé­jà dé­pas­sés ? Au Sa­lon de Barcelone, les fa­bri­cants pré­sentent des nou­veau­tés plus in­tel­li­gentes et plus per­for­mantes.

Le Parisien (Paris) - - La Une - BARCELONE ( ESPAGNE) De notre en­voyé spé­cial AYMERIC RE­NOU

Et vous, avez- vous cra­qué pour un smart­phone ? Si ce n’est pas en­core le cas, vous suc­com­be­rez à coup sûr pro­chai­ne­ment. 2013 a été une an­née char­nière pour le mar­ché de la té­lé­pho­nie mo­bile. Pour la pre­mière fois, il s’est ven­du da­van­tage de té­lé­phones dits in­tel­li­gents dans le monde que de mo­biles clas­siques et simples.

La di­ver­si­té des pro­duits pré­sen­tés par les prin­ci­paux cons­truc­teurs réunis à Barcelone ( Espagne), de­puis hier et jus­qu’à ven­dre­di, au Mo­bile World Con­gress, le Sa­lon mon­dial de la té­lé­pho­nie mo­bile, per­met au­jourd’hui de sa­tis­faire toutes les en­vies, tous les be­soins et toutes les bourses. Les nou­veaux smart­phones et ta­blettes af­fichent dé­sor­mais une im­pres­sion­nante va­rié­té de tailles, un peu à la ma­nière des col­lec­tions de vê­te­ments. On parle même de « pha­blettes » pour dé­si­gner ces ap­pa­reils qui hé­sitent entre té­lé­phone et ta­blette. Ne ja­mais ra­ter la marche Il y a éga­le­ment, comme dans la mode, de la haute cou­ture et du low­cost. Des ap­pa­reils mo­biles très haut de gamme pro­fi­tant des der­nières tech­no­lo­gies à la mode et ven­dus fa­ci­le­ment près de 1 000 €, comme le tout der­nier Ga­laxy S5, le mo­dèle phare pré­sen­té hier soir par le géant co­réen Sam­sung ( lire page de droite). Mais aus­si, et c’est nou­veau, des ma­chines qui cassent les prix et per­mettent de s’of­frir un smart­phone pour moins de 100 €.

Le Sa­lon de Barcelone est ce­lui où il faut mon­trer ses muscles et faire sa­voir de quoi on est ca­pable, face à une concur­rence fé­roce ne to­lé­rant au­cun faux pas. La chute de No­kia, ex- nu­mé­ro un mon­dial des cons­truc­teurs de 1998 à 2011 in­clus, qui n’a pas su adap­ter son ca­ta­logue quand les pre­miers smart­phones tac­tiles sont ar­ri­vés il y a quelques an­nées, en est la preuve. Gare à ce­lui qui manque la marche de la ten­dance du mo­ment. « Ce sont les ob­jets connec­tés qui ont la cote, ob­serve De­nis Mo­rel, di­rec­teur de l’ac­ti­vi­té grand pu­blic en France de l’en­tre­prise chi­noise Hua­wei, troi­sième construc­teur mon­dial d’ap­pa­reils mo­biles der­rière Sam­sung et Apple. Pour être sûr d’avoir du suc­cès, il faut être dans cette ten­dance mais aus­si sa­voir pro­po­ser des pro­duits à des prix ac­ces­sibles, simples à uti­li­ser et beaux à por­ter. »

A cô­té des gammes éten­dues de smart­phones et de ta­blettes, on voit ain­si naître de cu­rieux concepts et des ob­jets par­fois sur­pre­nants des­ti­nés à créer l’évé­ne­ment : des montres, des lu­nettes et même des gants in­tel­li­gents, ca­pables d’en­re­gis­trer des don­nées ou de com­mu­ni­quer de fa­çon in­édite. Car, même si les ventes sont en­core au beau fixe du cô­té des smart­phones et des ta­blettes, il est in­dis­pen­sable d’an­ti­ci­per le pro­chain mou­ve­ment. La course à l’in­no­va­tion n’est ja­mais ter­mi­née…

) R. D (

Barcelone ( Espagne) hier. Pour tous les be­soins, dans toutes les tailles, pour toutes les bourses et bien­tôt sous toutes les formes, les smart­phones pré­sen­tés au Sa­lon mon­dial de la té­lé­pho­nie mo­bile vont conti­nuer à chan­ger notre quo­ti­dien.

Textes : Aymeric Re­nou

Trop lourde, lourde très chère… chère mais tel­le­ment ten­dance ! Les hommes d'afaires fan­fa­ron­naient avec leur va­lise Ra­dio­com 2000 dans les an­nées 1980. La pre­mière al­ter­na­tive à la ca­bine té­lé­pho­nique. En lan­çant lan­ça la fonc­tion SMS, les opé­ra­teurs y croyaient

à peine. Mal­gré une gym­nas­tique com­pli­quée pour les doigts, les SMS furent un suc­cès grâce à leur coût moins éle­vé... Ils ont tou­jours la cote, no­tam­ment au­près

des jeunes.

Ce n'était pas en­core le Web, mais le Wap avait

un jo­li avant- goût du Net et trans­for­mait un simple té­lé­phone en une sorte de mi­ni­tel mo­bile. Les pros pas­saient éga­le­ment par le Wap pour re­le­ver leur e- mails. Elles s étaient souvent loues et mal éclai­rées mais quel bon­heur de pou­voir faire

des pho­tos qua­si ins­tan­ta­né­ment avec son mo­bile! De­puis les an­nées 2000, les cap­teurs pho­to

sont de­ve­nus très per­for­mants.

TRENTEANSD’ÉVO­LU­TION Té­lé­phone,

mu­sique et na­vi­ga­teur In­ter­net dans le même ap­pa­reil que l'on pi­lote

avec les doigts : c'est le pre­mier vé­ri­table smart­phone. L'iP­hone de­vient en­core plus ir­ré­sis­tible avec sa bou­tique d'ap­pli­ca­tions

à té­lé­char­ger.

Avec la 3G, puis

au­jourd'hui la 4G, plus la peine de pa­tien­ter de longues mi­nutes avant de pou­voir lire une page Web ou voir une vi­déo sur l'écran de son té­lé­phone. Presque de quoi se pas­ser

de son PC ! En n mai 2012, 2012 le jeu An­gry Birds at­teint le mil­liard de té­lé­char­ge­ments sur mo­bile. De­puis, c'est Can­dy Crush

qui oc­cupe l'es­prit de mil­lions de mo­bi­nautes

à tra­vers le monde. Une réelle al­ter­na­tive aux jeux de sa­lon sur con­sole ou or­di­na­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.