Eco­lo­gie: le bi­lan am­bi­gu de l’ équipe Hollande

Si le chef de l’etat tient à gar­der les éco­lo­gistes au­gou­ver­ne­ment, il n’est pas tou­jours très ferme avec les en­ga­ge­ments qu’il a pris vis- à- vis de ses al­liés Verts.

Le Parisien (Paris) - - Politique - NA­THA­LIE SCHUCK

L’éco­lo­gie, « ça com­mence à bien faire » ! La pe­tite phrase est si­gnée Ni­co­las Sar­ko­zy en mars 2010, au Sa­lon de l’agri­cul­ture. Mais elle a dû ré­son­ner dans la tête de Fran­çois Hollande ce week- end, après la passe d’armes entre so­cia­listes et Verts. Un ac­cro­chage qui in­ter­vient au mo­ment même où le doute plane sur ses pro­messes et ses réelles convic­tions en la ma­tière, lui qui vou­lait faire de la France « la na­tion de l’ex­cel­lence en­vi­ron­ne­men­tale » . Eco­lo, le pré­sident ? Pas si sûr… « Il n’a ja­mais été très mar­qué sur ce ter­rain » , avoue l’un de ses amis. « Il s’est conver­ti pen­dant la cam­pagne à la né­ces­si­té de la tran­si­tion éner­gé­tique » , com­plète un autre. Le bi­lan est, de fait, mi­ti­gé. Certes, de­puis le 1er jan­vier, la TVA sur les tra­vaux de ré­no­va­tion ther­mique des mé­nages est tom­bée à 5,5 % et une « con­tri­bu­tion cli­mat éner­gie » — la nou­velle taxe car­bone — est en­trée en vi­gueur sur la consom­ma­tion de pro­duits pol­luants ( car­bu­rants, fioul, gaz, char­bon). A Bruxelles, Pa­ris est aus­si à la pointe contre les maïs OGM.

Mais, pa­ral­lè­le­ment, la liste des re­culs et des re­non­ce­ments s’al­longe. En­ter­rée l’éco­taxe, sa­cri­fiée sur l’au­tel du « ras- le- bol fis­cal » , même si elle n’est of­fi­ciel­le­ment que dif­fé­rée ! Ou­bliée la fin de l’avan­tage fis­cal sur le die­sel, que les Verts es­pé­raient ! Au ni­veau eu­ro­péen, la France ne se bat guère contre le dé­sastre éco­lo­gique de la pêche en eaux pro­fondes. Tout un sym­bole, les mi­nistres de l’En­vi­ron­ne­ment se re­cyclent à grande vi­tesse : Phi- lippe Mar­tin est le troi­sième en vingt et un mois seule­ment…

Le dis­cours pro- en­tre­prises du pré­sident au­tour du pacte de res­pon­sa­bi­li­té ne fait qu’ag­gra­ver l’in­quié­tude des éco­los, qui re­doutent l’in­fluence des lob­bys. No­tam­ment sur le nu­cléaire, dont le pré­sident se fait le VRP à l’étran­ger. C’est tout le dé­bat au­tour de la loi sur la tran­si­tion éner­gé­tique, qui ne de­vrait voir le jour que fin 2014. « Ce se­ra l’un des textes les plus im­por­tants du quin­quen­nat » , pro­met­tait Hollande en sep­tembre 2013. Chiche, dé­fient les Verts, qui me­nacent si­non de cla­quer la porte.

Il va peut- être fal­loir pro­lon­ger la du­rée de vie de cer­taines cen­trales et en rem­pla­cer d’autres par des EPR”

Un mi­nistre

Or, trois ans après la catastrophe de Fu­ku­shi­ma, la fer­me­ture de la cen­trale de Fes­sen­heim, que le pré­sident pro­met­tait « d’ici à fin 2016 » , est au point mort. Quant à sa pro­messe de ra­me­ner la part du nu­cléaire dans la pro­duc­tion élec­trique de 75 à 50 % d’ici à 2025, elle fait en cou­lisses l’ob­jet d’âpres dé­bats. « Il va peut- être fal­loir pro­lon­ger la du­rée de vie de cer­taines cen­trales et en rem­pla­cer d’autres par des EPR » , dé­crypte un im­por­tant mi­nistre. De quoi faire bon­dir les Verts, qui veulent bien to­lé­rer un ré­ac­teur EPR à Fla­man­ville ( Manche), mais pas deux ! Cé­cile Du­flot en a fait un ca­sus bel­li.

Reste, en­fin, l’épi­neux dos­sier des gaz de schiste, sur le­quel Hollande joue un peu sur les mots. S’il s’est en­ga­gé à in­ter­dire du­rant son man­dat l’ex­plo­ra­tion par frac­tu­ra­tion hy­drau­lique, en rai­son des risques, il a pré­ci­sé que ce­la « n’em­pêch( ait) pas la re­cherche » sur d’autres tech­niques d’ex­trac­tion. Et il n’a ja­mais contre­dit Ar­naud Mon­te­bourg ni Laurent Fa­bius, qui voient là un nouvel eldorado.

Bref, si Jean- Marc Ay­rault a som­mé les Verts de « sor­tir de l’am­bi­guï­té » , le pré­sident, lui, la cultive vo­lon­tiers. Au sein de l’exé­cu­tif, on as­sure que ses en­ga­ge­ments « ont vo­ca­tion à être te­nus » et on dé­plore un « mau­vais pro­cès » .

Plus cy­ni­que­ment, cer­tains dé­gainent un ar­gu­ment mas­sue : Hollande n’a pas fran­che­ment en­vie d’un gros score des éco­los à la pro­chaine pré­si­den­tielle.

( Photopqr/ « le Po­pu­laire du centre » / P. La­che­naud.)

Sa­lon de l’agri­cul­ture, Pa­ris ( XVe), hier. Après avoir som­mé les Verts de « sor­tir de l’am­bi­guï­té » , le Pre­mier mi­nistre, Jean- Marc Ay­rault, a cher­ché à cal­mer le jeu en lan­çant : « On a be­soin de tout le monde. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.