Le­mo­de­mé­clate àmar­seille

L’aile gau­che­du­mo­demà­mar­seille a re­joint le can­di­datps, Pa­trick Men­nuc­ci. Fran­çois Bay­rou, lui, sou­tient Jean- Claude Gau­din.

Le Parisien (Paris) - - Politique - MAR­TINE CHEVALET

De­puis l’ac­cord entre Fran­çois Bay­rou et l’UDI de Jean- Louis Borloo, en no­vembre der­nier, l’aile gauche du Mo­Dem était en sur­sis. En choi­sis­sant de sou­te­nir à Mar­seille dès le pre­mier tour, et contre l’avis de Bay­rou, le can­di­dat so­cia­liste, Pa­trick Men­nuc­ci, le vice- pré­sident du Mo­Dem et eu­ro­dé­pu­té JeanLuc Ben­nah­mias et le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint du Mo­Dem, Ch­ris­tophe Ma­drolle, viennent de si­gner sa condam­na­tion.

Of­fi­ciel­le­ment, les deux cen­tristes mar­seillais sont en « congé de par­ti » et ne peuvent donc se ré­cla­mer du Mo­Dem du­rant la cam­pagne. Mais au- de­là, le di­vorce est fla­grant. « Le Mo­Dem est de­ve­nu un par­ti de centre droit. Nous, on ne veut pas ser­vir de mar­che­pied à un re­tour de Ni­co­las Sar­ko­zy ! » ré­sume Ma­drolle.

« En réa­li­té, confie un proche de Bay­rou, ils sont pas­sés au PS, au­quel ils ten­daient la main de­puis 2012. Fran­çois Hollande est in­ter­ve­nu en per­sonne pour as­su­rer à Jean- Luc une place aux eu­ro­péennes sur la liste PS. C’est na­vrant et la­men­table ! » Am­biance… nLa Le co­mi­té exé­cu­tif na­tio­nal du Mo­Dem doit prendre au­jourd’hui une dé­ci­sion of­fi­cielle sur Mar­seille. Le sou­tien à Jean- Claude Gau­din semble ac­té. Lo­ca­le­ment, cer­tains ont dé­jà fran­chi le pas. « Nous avons vo­té l’ou­ver­ture de dis­cus­sion avec Gau­din à l’una­ni­mi­té dé­but fé­vrier » , sou­ligne Chil­de­ric Mul­ler, pré­sident « bay­rouiste » du co­mi­té de ville du Mo­Dem mar­seillais. D’ailleurs, pour lui, l’aile gauche in­car­née par Ben­nah­mias et Ma­drolle « ne pèse rien » . « Sur un mil­lier d’adhé­rents à Mar­seille, ils ont eu du mal à réunir 17 can­di­dats quand ils en­vi­sa­geaient en­core des listes au­to­nomes, af­firme Mul­ler. Ils jouent sur le bluff ! »

Le ton de la lettre que Fran­çois Bay­rou a adres­sée à Ben­nah­mias, avant l’an­nonce de son ral­lie­ment à Men­nuc­ci, est sans am­bi­guï­té sur

lettre de Bay­rou

l’am­pleur de leur désac­cord. « Tu es­saies de me conduire à ac­cep­ter un ral­lie­ment du Mo­Dem au PS mar­seillais, le­quel est tout en­tier construit comme une force cla­nique, clien­té­liste, vi­sant au contrôle ab­so­lu du pou­voir par son ap­pa­reil et ses ap­pa­rat­chiks, écrit ain­si le pré­sident du Mo­Dem. Les car­rières s’y font par l’ap­pa­reil, et la li­ber­té de pen­ser est pa­ra­ly­sée… Il m’est im­pos­sible de consen­tir à li­vrer la deuxième ville de France à cette culture po­li­tique et à ces dé­rives ! »

Hier, Ben­nah­mias et Ma­drolle ont pré­sen­té les bases de leur ac­cord avec le can­di­dat PS. L’eu­ro­dé­pu­té a in­di­qué ne plus être vice- pré­sident du Mo­Dem. C’est sous le sigle Dé­mo­crates mar­seillais qu’une dou­zaine de cen­tristes re­joignent les listes de Men­nuc­ci.

Ch­ris­tophe Ma­drolle se­ra en qua­trième po­si­tion sur la liste conduite par la mi­nistre Ma­rie- Ar­lette Car­lot­ti dans le 3e sec­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.