Bou­te­fli­ka ré­ap­pa­raît

C’

Le Parisien (Paris) - - Politique -

était att e n d u . A b d e l a z i z Bou­te­fli­ka a fait hier son re­tour à la té­lé­vi­sion na­tio­nale al­gé­rienne. Une pre­mière ap­pa­ri­tion pu­blique de­puis l’an­nonce, faite sa­me­di par son Pre­mier mi­nistre, de sa can­di­da­ture à un qua­trième man­dat pré­si­den­tiel. Re­ce­vant un re­pré­sen­tant de l’émir du Ko­weït, le « can­di­dat par pro­cu­ra­tion » , comme l’appelle la presse al­gé­rienne, s’est conten­té du strict mi­ni­mum. Pas de dé­cla­ra­tion, tout juste un re­gard à la ca­mé­ra, un sou­rire, un pe­tit mou­ve­ment de la tête et un mou­ve­ment du bras. Voi­là qui ne de­vrait pas dis­si­per les doutes de la po­pu­la­tion sur la ca­pa­ci­té de Bou­te­fli­ka, 76 ans, vic­time d’un AVC l’an­née der­nière, à di­ri­ger le pays. Au pou­voir de­puis 1999, un re­cord de lon­gé­vi­té en Al­gé­rie, le pré­sident n’a pas fait de dis­cours pu­blic de­puis mai 2012. A l’époque, il se pro­non­çait en fa­veur d’un ra­jeu­nis­se­ment de la classe po­li­tique. La Rus­sie a lour­de­ment condam­né hier sept ma­ni­fes­tants an­ti- Pou­tine. Ac­cu­sés de troubles mas­sifs, ils ont éco­pé de peines al­lant jus­qu’à quatre ans de camp. Ils avaient ma­ni­fes­té en 2012, à la veille de l’in­ves­ti­ture du pré­sident russe, pour dé­non­cer des fraudes lors des élec­tions. L’UE a dé­non­cé hier soir des peines dis­pro­por­tion­nées. Le gou­ver­ne­ment Egyp­tien a dé­mis­sion­né hier à l’ap­proche de la pré­si­den­tielle. Le ma­ré­chal Ab­del Fat­tah al- Sis­si, mi­nistre de la Dé­fense et vice- Pre­mier mi­nistre, qui en­tend être can­di­dat mi- avril, de­vait se re­ti­rer du gou­ver­ne­ment ac­tuel pour être éli­gible. L’en­semble des mi­nistres ont fait de même, es­ti­mant qu’ « il fal­lait du sang neuf » à la tête du pays.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.