« Elles se sont trom­pées d’af­fiche toutes les deux ! »

Jacques Sé­gué­la, pu­bli­ci­taire, père de la cam­pagne « La force tran­quille » , de Fran­çois Mit­ter­rand, nous donne un avis cri­tique.

Le Parisien (Paris) - - Le Journal de Paris - MA­RIE- ANNE GAIRAUD

De­puis la pré­sen­ta­tion of­fi­cielle de son af­fiche de cam­pagne, la can­di­date so­cia­liste Anne Hi­dal­go est l’ob­jet, sur les ré­seaux so­ciaux, de raille­ries sur les sup­po­sées re­touches de sa pho­to. Amin­cie, le teint re­po­sé… le cli­ché ren­voie une image très lé­chée de l’élue. Trop, peut- être ? Nous avons de­man­dé son avis à un pro de la com­mu­ni­ca­tion et ex­pert en mar­ke­ting po­li­tique : Jacques Sé­gué­la. L’af­fiche « La force tran­quille » de Fran­çois Mit­ter­rand, c’est lui. La cam­pagne de Lio­nel Jos­pin… en­core lui.

Mais en 2007, bien qu’il sou­tienne of­fi­ciel­le­ment la so­cia­liste Sé­go­lène Royal, Jacques Sé­gué­la an­nonce qu’il vote pour le can­di­dat de droite, Ni­co­las Sar­ko­zy. L’homme est d’ailleurs un proche de l’an­cien pré­sident. Pour « le Pa­ri­sien » , cet ex­pert en mé­dias s’est pen­ché sur les af­fiches des deux can­di­dates à la mai­rie de Pa­ris, Anne Hi­dal­go ( PS) et Na­tha­lie Kos­cius­ko- Mo­ri­zet ( UMP) pour une ra­pide ana­lyse.

Leur look sans prise de risque

« Elles sont toutes les deux ha­billées bon chic bon genre. Elles ne prennent pas de risque avec la te­nue qu’elles ont choi­sie. »

Les pho­tos son­telles spon­ta­nées ?

Anne Hi­dal­go : « On di­rait une pub L’Oréal pour une crème an­ti­rides ! Ce n’est pas na­tu­rel du tout. Or, la po­li­tique se fait dans la rue. » Anne Hi­dal­go : « Pa­ris qui ose : rien à re­dire. C’est un peu chi­ra­quien dans l’ex­pres­sion, je trouve… Ça sonne un peu comme la France qui gagne. » Na­tha­lie Kos­cius­ko- Mo­ri­zet : « Une nou­velle éner­gie, ça colle as-

Na­tha­lie Kos­cius­ko- Mo­ri­zet : « La pho­to ap­pa­raît plus vraie, plus spon­ta­née. Elle est co­hé­rente : elle est dans Pa­ris et va vers les Pa­ri­siens. »

Les slo­gans sonnent juste

sez à sa per­son­na­li­té. Et puis ce sigle avec le coeur, l’idée qu’elle soit dans le coeur des Pa­ri­siens, j’aime bien. » Les conclu­sions de l’ex­pert « Elles se sont trom­pées d’af­fiche toutes les deux : on se se­rait presque at­ten­du à ce que NKM fasse l’af­fiche d’Hi­dal­go et in­ver­se­ment ! » s’amuse Jacques Sé­gué­la. « On dit NKM hau­taine et condes­cen­dante et, sur l’af­fiche, elle va au- de­vant des gens… ce qui lui cor­res­pond, d’ailleurs, pour moi qui la connais un peu. Mais je ne com­prends pas pour­quoi Anne Hi­dal­go s’est mise seule comme ça en avant. Ça fait un peu culte de la per­son­na­li­té. Son af­fiche est belle, mais pas du t out adap­tée à la cible, ni au su­jet » , sou­ligne l’homme de pub.

Ces choix au­ront- ils un im­pact sur l’élec­to­rat ? « Il y a long­temps qu’une af­fiche ne fait pas l’élec­tion. Mais chaque signe compte. Ce­la dit, ni l’une ni l’autre ne va ré­vo­lu­tion­ner la com­mu­ni­ca­tion po­li­tique avec ce genre d’af­fiche. »

Ra­chel Ca­za­da­mont,

agen­ceH5: Sarah

Ai­zen­man, My­pho­toa­gen­cy:

( LP/ Oli­vier Cor­san.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.