OP­TER POUR L A LO­CA­TION SAI­SON­NIÈRE

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - EL­SA MA­RI

nComment ça marche ? La lo­ca­tion sai­son­nière né­ces­site de res­pec­ter quelques règles. D’abord, as­su­rez- vous que le rè­gle­ment de la co­pro­prié­té ne l’in­ter­dit pas. C’est plu­tôt rare, mais il arrive par­fois qu’une clause in­ter­dise toute ac­ti­vi­té com­mer­ciale.

Si vous êtes lo­ca­taire, vous de­vez de­man­der à votre pro­prié­taire une au­to­ri­sa­tion écrite de sous- lo­ca­tion. Sans ce­la, votre bail peut être ré­si­lié et vous vous ex­po­sez à des dom­mages et in­té­rêts.

Si vous êtes pro­prié­taire, la loi Ho­guet du 2 jan­vier 1970 pré­cise que la du­rée maxi­male et non re­nou­ve­lable de lo­ca­tion ne peut ex­cé­der qua­tre­vingt- dix jours consé­cu­tifs. Vous êtes libre de fixer vos ta­rifs. N’ou­bliez pas de pré­ve­nir votre as­su­reur. Il est obli­ga­toire de re­mettre au lo­ca­taire un état des lieux ( na­ture du lo­ge­ment, su­per­fi­cie et nombre de pièces, équi­pe­ments). Mieux vaut si­gner un contrat de bail écrit pour dé­fi­nir le prix, la du­rée, le contrat d’an­nu­la­tion et les charges.

nIl a tes­té De­puis sep­tembre, Pierre, pho­to­graphe à Nîmes ( Gard), loue son 58 m2 à la dé­co­ra­tion pop dans le centre his­to­rique, à quelques mètres des Arènes. Lors­qu’il n’oc­cupe pas son appartement et que des tou­ristes le sol­li­citent sur le site Airbnb, il re­met ses clés à des in­con­nus. Pas fa­cile de s’im­pro­vi­ser hôte. Il faut d’abord fixer un prix : « Au mo­ment de l’ins­crip­tion, le site pro­pose de cal­cu­ler le prix de la lo­ca­tion en fonc­tion du lieu, du mar­ché et de la sai­son­na­li­té. Ce qui per­met d’es­ti­mer son bien » , conseille Pierre. Airbnb prend en­suite une com­mis­sion de 2 à 3 % à chaque lo­ca­tion.

Pierre loue donc son appartement de 68 € jus­qu’à 100 € la nuit lors des fe­rias. Il gagne ain­si 800 € par an : « Si j’avais ac­cep­té toutes les de­mandes, j’au­rais ga­gné 1 500 € de­puis mon i ns­crip­tion en sep­tembre 2013 » , ex­plique- t- il. Mais il faut aus­si ai­mer par­ta­ger. Et re­ce­voir. Près du ca­na­pé, le pho­to­graphe laisse ses deux gui­tares à dis­po­si­tion des mé­lo­manes. Avec cet ar­gent de poche, il s’offre des va­cances. Son pro­chain voyage : une se­maine de plon­gée sous- ma­rine au­près des ba­leines dans les îles por­tu­gaises des Açores.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.