Le car­ton jaune de Bruxelles à Pa­ris

Le Parisien (Paris) - - Economie - O. B.

Bruxelles n’y croit pas. Tout sim­ple­ment. Dans ses pré­vi­sions d’hi­ver 2014 pu­bliées hier, la Com­mis­sion eu­ro­péenne chiffre à 4 % du PIB ( l’en­semble des ri­chesses pro­duites sur le ter­ri­toire na­tio­nal) le dé­fi­cit pu­blic at­ten­du pour cette an­née en France. La si­tua­tion l’an pro­chain se­rait à peine mieux, puisque, se­lon Bruxelles, le dé­fi­cit pu­blic fran­çais se­rait égal à 3,9 %. Bref, on se­rait loin, très loin de la li­mite de 3 % au­to­ri­sée par les règles bud­gé­taires eu­ro­péennes. Sur­tout, Pa­ris ne se­rait pas en me­sure de res­pec­ter ses en­ga­ge­ments, à en croire les ex­perts bruxel­lois.

Pour mé­moire, l’an­née der­nière, la Com­mis­sion eu­ro­péenne avait ac­cor­dé un dé­lai au gou­ver­ne­ment Ay­rault. Ce der­nier avait pro­mis de ra­me­ner son dé­fi­cit pu­blic sous la barre des 3 % en 2015. « La ques­tion est de sa­voir si la ré­duc­tion de dé­penses an­non­cée se­ra mise ef­fec­ti­ve­ment en oeuvre ou pas : la Com­mis­sion eu­ro­péenne s’in­ter­roge » , ana­lyse l’éco­no­miste Phi­lippe Waech­ter, di­rec­teur de la re­cherche éco­no­mique chez Na­tixis.

“La France a une tra­jec­toire de fi­nances pu­bliques

et elle s’y tient”

Pierre Mos­co­vi­ci, mi­nistre fran­çais des Fi­nances

Pour­tant, il y a peu, Pierre Mos­co­vi­ci, le mi­nistre fran­çais des Fi­nances, as­su­rait que Pa­ris se­rait à 3 % en 2015 ( of­fi­ciel­le­ment, le gou­ver­ne­ment table sur un dé­fi­cit de 2,8 % à la fin de l’an pro­chain). Ce der- nier, d’ailleurs, per­siste et signe. In­ter­ro­gé hier sur les doutes émis par Bruxelles, Pierre Mos­co­vi­ci a confié être en désac­cord avec les chiffres de la Com­mis­sion eu­ro­péenne. « La France a une tra­jec­toire de fi­nances pu­bliques qu’elle a pré­sen­tée à la Com­mis­sion eu­ro­péenne et elle s’y tient » , a- t- il ajou­té.

Pas ques­tion, donc, de de­man­der l’ob­ten­tion d’un nou­veau dé­lai. D’au­tant que la po­li­tique du gou­ver­ne­ment n’au­rait pas en­core por­té ses fruits, a in­sis­té le mi­nistre, se­lon qui les pré­vi­sions eu­ro­péennes ne tiennent pas compte « des me­sures qui se­ront prises dans le cadre du pacte de sta­bi­li­té » ( NDLR : la stra­té­gie de fi­nances pu­bliques dé­fen­due par Pa­ris sur la pé­riode 2013- 2017), ni de la forte ré­duc­tion des dé­penses pu­bliques pré­vue d’ici à la fin du quin­quen­nat de Fran­çois Hollande. En clair, Bruxelles, dans son ana­lyse, ne prend pas en consi­dé­ra­tion les ef­forts en­tre­pris par l’Etat fran­çais.

Bruxelles sa­lue pour­tant les ré­formes en­tre­prises dans l’Hexa­gone. Et se fé­li­cite même du pacte de res­pon­sa­bi­li­té an­non­cé par le chef de l’Etat pour don­ner de l’air aux en­tre­prises. Le pro­blème, c’est que ce­lui- ci n’en­tre­ra en vi­gueur qu’en 2015. Et que, d’ici là, se­lon ses ex­perts, le taux de chô­mage res­te­ra déses­pé­ré­ment « scot­ché » à 11 %…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.